RMC Sport

Jeep Elite: rencontre LNB-syndicat des joueurs lundi, la saison blanche pas écartée

Après l'appel à la grève du syndicat des joueurs (SNB), ce dernier et la Ligue (LNB) vont se rencontrer lundi après-midi afin d'évoquer une fin de saison indécise. Les joueurs de Jeep Elite s'opposent à la tenue du Final 8 en raison du calendrier surchargé.

Alain Béral, le président de la Ligue nationale de nasket (LNB) ne comprend pas l'appel au boycott du Final 8 par le Syndicat des joueurs (SNB) autant sur la forme, par voie de presse, que sur le fond. "Ça n'a jamais été évoqué entre nousn explique-t-il, contacté par RMC Sport. En décembre, tout le monde avait voté pour un Final 8 sur un format plus étendu avec des temps plus importants entre chaque match et qui désignerait, à son issue, le champion de Jeep Élite. En février, la décision a été consolidée en Assemblée générale puis le 25 mai, le SNB a voté contre la motion lors du comité directeur. Depuis, il y a eu d'autres réunions mais rien de discuté à ce sujet."

L'incompréhension de la LNB

La Ligue s'est donc entretenue avec le Syndicat des joueurs ce dimanche matin et les deux parties vont se rencontrer lundi après-midi afin de décider du sort d'une saison profondément touchée par la crise du Covid-19. À l'arrêt pendant quatre mois, les clubs ont dû rattraper le retard entrainant un rythme effréné proche de la NBA (un match tous les trois jours), à l'image de l'AS Monaco, longtemps leader du championnat, devant jouer ses trois derniers matchs en l'espace de cinq jours. La Ligue se défend en expliquant qu'elle s'est adaptée toute la saison sans jamais avoir eu de recul.

"C'était toujours la veille pour le lendemain, c'est facile de parler maintenant qu'on est déconfiné, on n'a jamais su où on allait, fulmine Alain Béral, peinant à entendre l'appel à la grève. Une équipe peut être 8e et finir championne, non pas après des séries mais sur des matchs secs. On parle de trois matchs en tout pour être champion. Je ne comprends pas que les joueurs ne veuillent pas inscrire un titre de champion dans leur CV, en trois matchs ils peuvent l'être. En trois matchs, le club peut mettre un trophée dans l'armoire."

L'hypothèse d'une saison blanche

La Ligue ne veut pas "faire un coup de force" si le Syndicat des joueurs campe sur ses positions à l'issue de la réunion de lundi. En revanche, mettre fin au championnat après la saison régulière entrainerait des problèmes sur le plan juridique. "Des décisions ont été prises à partir du moment où on a décidé ce que devait être le Final 8, des équipes se sont préparées pour finir dans les huit premiers, des jokers médicaux ont été pris, il y a une réalité juridique", précise Alain Béral. Une fin de saison sans play-offs pourrait également avoir de lourdes conséquences sur l'attribution des places européennes mais aussi sur un titre de champion qui pourrait ne pas être décerné. "Ce n'est pas impossible" avoue à RMC Sport le président de la Ligue nationale de basket. La question ne se pose pas en Pro B, Fos-sur-Mer étant déjà certain de finir champion.

Clément Brossard