RMC Sport

NBA: l'ex-psychologue de Joshua Primo l'attaque en justice pour "exhibitionnisme"

Une action en justice contre les San Antonio Spurs et leur ancien arrière Joshua Primo a été entamée ce jeudi par Hillary Cauthen, ex-psychologue du joueur accusé d'"exhibitionnisme".

La psychologue qui suivait Joshua Primo, dont le contrat avec les Spurs vient d'être rompu, a entamé une action en justice contre le joueur, pour "exhibitionnisme" présumée, et contre la franchise de San Antonio, qui a selon elle ignoré ses rapports. Hillary Cauthen, âgée de 40 ans, a déposé plainte au civil jeudi dans le comté de Bexar, au Texas. Primo fait face à "plusieurs chefs d'accusation, dont celui d'exhibitionnisme indécent répété", a déclaré son avocat Tony Buzbee, lors d'une conférence de presse.

"Les Spurs ont ignoré ses plaintes"

Dans le dossier il est mentionné que le joueur s'est exhibé neuf fois devant Cauthen, à partir de décembre 2021. Selon Buzbee, celle-ci a pu une première fois évoquer le problème auprès du manager général des Spurs Brian Wright, en janvier 2022. Elle a revu Wright le 21 mars et lui a encore fait part de ses inquiétudes, affirmant qu'elle se sentait mal à l'aise à l'idée de voir Primo seule.

"Plutôt que de donner suite aux rapports du Dr Cauthen, les Spurs ont ignoré ses plaintes, espérant pouvoir couvrir les actions de Primo. Le club était prêt à sacrifier le Dr Cauthen pour garder celui qui, espéraient-ils, serait un jour un joueur vedette", peut-on lire dans la plainte. "Une fois que la conduite de Primo est apparue dans la sphère publique, les Spurs ont été contraints d'agir et de se séparer de lui", est-il encore écrit.

Un contrat rompu vendredi dernier

La franchise texane avait subitement rompu le contrat du prometteur arrière canadien, choisi en 12e position de la draft 2021 et qui était dans sa deuxième saison NBA, vendredi dernier, sans donner de raison. Il avait joué quatre matches cette saison, affichant des moyennes de 7 points, 3,3 rebonds et 4,5 passes.

"Les récentes actions des Spurs sont trop insuffisantes et trop tardives. Leur déclaration publique concernant le départ du joueur est une véritable farce. Leur conduite envoie un message fort, à savoir qu'ils sont prêts, comme d'autres grands clubs, à tolérer une conduite odieuse de la part de sportifs et à sacrifier des employés loyaux, tant que l'athlète a du succès sur le terrain", a asséné l'avocat du Dr. Cauthen.

"Une fabrication complète" selon l'avocat de Primo

En juillet, les Spurs ont dit à la psychologue, engagée en septembre 2021, qu'"elle était désormais incapable de faire son travail de manière professionnelle, en raison d'un manque de confiance entre l'équipe et elle", selon la plainte. L'avocat de Primo a réagi jeudi, contestant toute action déplacée de son client.

"Josh Primo a subi toute sa vie des traumatismes et des difficultés", a déclaré William J. Briggs II. "Il est maintenant victime de l'ancienne psychologue des Spurs, qui joue sur les stéréotypes hideux et les peurs à connotation raciale pour son propre bénéfice financier." Et de qualifier les accusations proférées de "fabrication complète, d'embellissement grossier voire de fantaisie totale". "Josh Primo ne s'est jamais exposé intentionnellement devant elle ou quiconque et n'était même pas conscient que ses parties intimes étaient visibles en dehors de son short d'entraînement", a-t-il plaidé.

AFP avec AFP