RMC Sport

NBA: LeBron James déterminé à devenir propriétaire d'une franchise

LeBron James a annoncé mardi qu’il prenait des parts dans Fenway Sports Group, une société qui détient déjà Liverpool et les Boston Red Sox. Un pas supplémentaire vers l’achat d’une franchise NBA.

"Mon but est de posséder une franchise NBA, le plus tôt possible." LeBron James (35 ans) n’est pas du genre à se cacher. Mardi soir, après la victoire des Lakers face aux Timberwolves, le quintuble champion NBA a officialisé l'achat de parts minoritaires dans la société Fenway Sports Group. "C’est génial d’être avec un groupe formidable comme FSG. Ils ont fait tellement de grandes choses au fil des ans. C’est tout simplement incroyable d’être leur partenaire", s’est-il extasié. Cette société est loin d’être inconnue dans l’économie du sport. Liverpool et les Boston Red Sox font déjà partie de son giron.

Pour "le King", cet investissement n’est pas anodin. A l’instar d’un joueur d’échec, il place ses pions en vue d’arriver à ses fins : détenir une franchise NBA. Un désir irréalisable pour le moment, étant donné le contrat qui lie James et les Lakers jusqu’en 2023. Mais s’entourer d’alliés tels que Fenway Sports Group s’avère indispensable dans sa quête. Car le rachat d’un club coûte de plus en plus cher. La valeur des franchises NBA a triplé en l’espace de dix ans.

L’exemple Michael Jordan

LeBron James construit pas-à-pas son empire économique. Toute ressemblance avec la trajectoire épousée par le sextuple champion NBA Michael Jordan n’est pas fortuite. Propriétaire des Charlotte Bobcats, devenus depuis les Hornets, depuis 2010, l’ancienne légende des Bulls possède également sa propre marque de vêtements. Une influence économique et culturelle, dont souhaite s’inspirer "le King".

Mais au-delà des intérêts économiques, l’ailier des Lakers veut également devenir un exemple auprès de la communauté afro-américaine. '' Je pense que pour moi et mon associé, Maverick (Carter), être les deux premiers hommes noirs à faire partie de ce groupe de propriétaires et de l’histoire de cette franchise, c’est plutôt cool", s’est-il réjoui. En première ligne lors des manifestations de Black Lives Matter en juin dernier, James est devenu l’une des figures de proue des sportifs engagés contre les violences racistes aux Etats-Unis.

Par Antoine Grotteria