RMC Sport

Cyclisme: l’UCI interdit une position aérodynamique sur le vélo

L'UCI a publié une série de nouvelles normes pour la sécurité des coureurs. Parmi ces directives, la position aérodynamique sur le tube du vélo sera interdite, tout comme les jets de bidons dans le peloton.

Les images étaient impressionnantes lorsque Julian Alaphilippe se positionnait tel un acrobate sur son vélo, dans une descente à pleine vitesse. Elles seront désormais très rares dans quelques mois, puisque l’UCI a mis en place de nouvelles règles afin de renforcer la sécurité des coureurs, via un communiqué publié ce vendredi.

D’abord popularisée par Chris Froome lors du Tour de France 2016, la position aérodynamique appelée "Mohoric", du nom de son créateur, était de plus en plus utilisée par les cyclistes lors des descentes à pleine vitesse, dans le but de gagner quelques secondes sur leurs concurrents directs. Ce "comportement potentiellement dangereux des coureurs" fera, tout comme les jets de bidons sur la chaussée ou au sein de peloton, "l’objet d’avertissements de la part des commissaires, dans un premier temps dans un cadre pédagogique, puis de sanctions systématiques (pouvant aller jusqu’à la mise hors compétition) à partir du 1er avril 2021", en cas de non-respect de la règle.

Une meilleure signalisation des dangers et de nouvelles normes pour les barrières

D’autres changements ont été approuvés, comme la mise en place d’une meilleure signalisation des dangers. L'UCI annonce qu'"un ensemble de standards concernant les barrières utilisées dans le final des épreuves, en particulier lors d’arrivées au sprint massif, sera établi, sous la conduite d’experts" au cours de la saison 2022. Une nouvelle directive qui fait directement écho à la terrible chute dans les barrières du néerlandais Fabio Jakobsen en aout 2020 sur le Tour de Pologne. Plongé dans le coma, le cycliste avait été placé pendant plusieurs jours en soins intensifs.

L’UCI prévoit aussi d’accompagner les conducteurs évoluant à l’échelon course avant chaque départ, à l’occasion d’un briefing "plus élaboré et structuré", et prévoit de mettre en place un permis à point. Une évolution qui rappelle la chute de Julian Alaphilippe sur une classique belge au mois d’octobre, quelques jours après avoir décroché le maillot de champion du monde. En fin de course, le Français avait percuté un motard qui s’était arrêté. Un accident qui l’avait contraint à mettre fin à sa saison.

ALR