RMC Sport

Giro (6e étape): Mäder le plus fort sous la pluie, Valter nouveau leader

La sixième étape du Tour d'Italie, qui se terminait ce jeudi par une montée de 15,5 kilomètres, a été remportée par le Suisse Gino Mäder. Le Hongrois Attila Valter, de l'équipe Groupama-FDJ, est le nouveau leader du général.

Cette fois, il a tenu bon jusqu’au bout. Le 13 mars dernier, Gino Mäder était passé tout près de remporter la septième étape de Paris-Nice, mais il s’était fait doubler sur le fil par une fusée nommée Primoz Roglic, à seulement 25 mètres de la ligne d’arrivée. Le jeune coureur suisse (24 ans) s’est largement rattrapé ce jeudi.

Il a su résister au retour des principaux favoris pour s’adjuger la sixième étape du Tour d’Italie, sous la pluie, entre les Grotte di Frasassi et Ascoli Piceno. De quoi redonner le sourire à sa formation Bahrain-Victorious, qui a perdu mercredi son leader espagnol Mikel Landa sur chute.

Attila Valter nouveau leader

Un trio composé du Colombien Egan Bernal (Ineos), de l'Irlandais Dan Martin (Israël Start-Up Nation) et du phénomène belge Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a franchi la ligne d'arrivée douze secondes derrière Mäder. Au classement général, le maillot rose de leader passe sur les épaules du coureur hongrois Attila Valter, 22 ans, membre de l'équipe française Groupama-FDJ. Passé professionnel l'an dernier, déjà fou de joie d'endosser le maillot blanc de meilleur jeune en ce début de Giro, il devance désormais Evenepoel de onze secondes. Le podium est complété par Bernal.

Premier Français, Romain Bardet (DSM) pointe à la 14e place du général. Il s'est montré très actif au cours de cette étape qui se terminait par une montée de 15,5 kilomètres à 6,1% de pente moyenne, avec une partie finale plus sévère. Il a un temps fait partie d'un groupe de contre qui a été repris à 15 kilomètres du but. "Il y avait un gros tempo, ça allait bien, a-t-il commenté sur Eurosport. J'ai peut-être fait l'erreur de trop m'investir, j'ai perdu beaucoup d'énergie, ça m'a manqué dans les 500 derniers mètres. Mais c'est une belle course, c'est dur de prévoir ce qui va se passer."

RR