RMC Sport

JO 2016, Cyclisme sur route : Bardet, de dauphin du Tour à médaillé olympique ?

Romain Bardet aux JO 2016

Romain Bardet aux JO 2016 - AFP

Deuxième du Tour de France il y a deux semaines, Romain Bardet est l’une des premières chances de médailles pour l’équipe de France ce samedi aux Jeux olympiques de Rio. L’Auvergnat est attendu.

Romain Bardet vous a manqué depuis deux semaines ? Il est déjà de retour ! Et après être monté sur le podium du Tour de France sur les Champs-Elysées, avec sa deuxième place derrière Chris Froome, le Français vise une nouvelle grande performance ce samedi aux Jeux olympiques de Rio (départ à 14h30, HF).

Le parcours de 237,5 km, très vallonné avec notamment les trois passages à avaler dans le circuit final sur la double montée de Canoas-Vista Chinesa (8,9 km, 6,2 % de moyenne) et une descente à bien négocier (6 km) avant du plat jusqu’à Copacabana (12 km), devrait convenir à l’offensif Auvergnat.

A lire aussi >> JO 2016 : demandez le programme (très complet)

Il est en tout cas attendu à l’avant, avec les autres grands noms de ces JO 2016 (Froome, A.Yates, Chaves, Aru, Nibali, Valverde, J.Rodriguez, Poels…). « Favori, je ne sais pas. Mais quelqu’un qui compte peser sur la course, oui, reconnait Bardet. Au même titre que mes trois coéquipiers de l’équipe de France (Alaphilippe, Vuillermoz, Barguil), on a vraiment un rôle à jouer sur une course qui va être débridée et qui fera la part belle aux attaquants. Je vais être bien sûr regardé. A moi de courir intelligemment pour tirer mon épingle du jeu au bon moment et pas me découvrir trop tôt. Et vu le plateau au départ, ça va être très relevé. »

A lire aussi >> Bardet : "Le début de nouvelles belles choses"

Alaphilippe en embuscade ?

Mais Romain Bardet arrivera-t-il à se défaire du marquage ? « C’est vrai que quand on fait deuxième du Tour de France, par rapport aux adversaires qu’il va y avoir là, il va être surveillé, indique Bernard Bourreau, le sélectionneur français. Et même moi, je ne vais pas lui dire d’attaquer au départ. C’est le seul dans le Tour qui a pu suivre de très près Froome et tous les meilleurs coureurs, tous les meilleurs grimpeurs. »

Un statut d’homme à craindre qui profitera peut-être à un autre Français, en embuscade. On pense à Julian Alaphilippe. « Romain doit bouger, c'est lui qui est notre carte pour le final, explique l’intéressé. Quant à moi, je peux attendre le sprint d'un petit groupe. » Les Bleus vont-ils mettre fin à 60 ans sans médaille sur la course en ligne ? On y croit !

A lire aussi >> JO 2016 - Ferrand-Prévot : "Si les concurrentes peuvent m’oublier un peu…"