RMC Sport

Le Tour en intégral à la télé: quel impact?

-

- - -

Pour la première fois, le Tour sera diffusé du premier au dernier kilomètre à la télévision. Mais cela ne devrait pas changer grand chose.

Une aubaine pour les "petites" équipes mais un impact limité sur la course: la retransmission télévisée intégrale de toutes les étapes du Tour de France suscite peu de débat auprès des coureurs ou directeurs sportifs.

"Ce que ça va changer? Et bien à mon avis, rien", commentait mercredi Marc Madiot, le manager de la FDJ, résumant en quelques mots un sentiment largement partagé dans le peloton.

A voir aussi >> Bakelants présente ses excuses après ses propos sexistes sur les hôtesses du Tour

Yvon Ledanois, directeur sportif de l'équipe BMC, embraye: "Je ne pense pas que ça change quelque chose. Il y aura toujours des équipes invitées qui n'ont pas de leader pour gagner le Tour, qui ont une chance sur dix de gagner une étape et qui ont la possibilité de se montrer et d'avoir un retour de visibilité et d'investissement pour leur partenaire".

Bref pour les leaders et favoris du Tour, cette initiative semble sans conséquences sportives.

"La course est de toute façon toujours très nerveuse dans sa première heure. Qu'il y ait la TV ou pas. Les coureurs qui ont de l'ambition au départ d'une étape ne veulent pas rater la bonne échappée", note le Belge Thomas De Gendt, spécialiste des longues échappées.

Pour le téléspectateur, en revanche, il peut y avoir un intérêt à retransmettre la course depuis le départ.

"Des bagarres très intenses"

Ainsi, Philippe Mauduit (directeur sportif de l'équipe Bahrein) juge l'initiative positive: "A chaque début de course, il y a des bagarres très intenses et de très haut niveau, pour réussir à prendre l'échappée". 

A voir aussi >> Tour de France: les Sky évacuent les questions gênantes et Froome désigne Porte comme le favori

Mais il tempère: "Après, il y a un temps mort, l'échappée prend du temps, le peloton souffle un peu et on a de nouveau une bagarre dans le final. Je suis très content que l'on puisse retransmettre les deux premières heures de course. Ce qui me fait peur, c'est le ventre mou du milieu".

"Une course ne peut pas être intéressante du départ à l'arrivée, à part Paris-Roubaix", confirme Alain Gallopin, directeur sportif de Trek. "Les coureurs ne sont pas des machines, la première heure peut être intéressante, voire la deuxième heure si l'échappée n'est pas partie, mais il y a forcément un temps mort qui peut être très long". 

Et si l'intérêt était avant tout publicitaire avant d'être sportif?

Yvan Sanquer, manager chez Cofidis, argumente: "L'exposition à la télé pour certaines équipes est très importante, c'est toujours bien de montrer que l'on est acteur. Mais, au-delà de l'exposition médiatique, il faut des résultats concrets pour les équipes qui ont une stratégie sportive avant de penser au minutage."

"Il est clair que pour des équipes comme la nôtre, ce sera une opportunité de montrer que l'on existe", appuie le Belge Guillaume Van Keirsbulck, de la modeste équipe Wanty. La formation belge, qui participe pour la première fois au Tour, a bien l'intention de se faire voir.

A voir aussi >> Mercato: voici pourquoi Gonalons a signé à l’AS Roma avant de passer sa visite médicale

IDM avec AFP