RMC Sport

GP de Grande-Bretagne: Horner allume Hamilton après le crash de Verstappen

Le patron de l’écurie Red Bull, Christian Horner, a taclé l’attitude de Lewis Hamilton, qu’il juge responsable de l’accrochage avec Max Verstappen, contraint à l’abandon après une violente sortie de piste ce dimanche lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. Sans son rival, le Britannique de chez Mercedes s’est imposé à domicile.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne a tourné court pour Max Verstappen. Après avoir décroché la pole position (et trois points au championnat du monde) lors des nouvelles qualifications sprint, le pilote Red Bull visait une quatrième victoire de rang au championnat du monde de F1. En terrain hostile face aux fans de Lewis Hamilton, le Néerlandais a vite abandonné.

Après une bagarre d’une folle intensité avec son rival lors des premiers virages, il a fini par toucher la Mercedes. Résultat, un énorme crash, un abandon et plus de peur que de mal pour le leader du championnat du monde, qui a néanmoins été transporté à l’hôpital par précaution afin de passer des examens complémentaires. Pendant ce temps, le champion du monde britannique, bien que pénalisé de 10’’, a réussi l’exploit d’arracher la victoire au nez de la Ferrari de Charles Leclerc.

Horner : "J’espère que Lewis est content de lui"

Insupportable pour Christian Horner, qui a chargé Hamilton après la course. "Pour moi, c’est une fausse victoire, a soufflé le patron de Red Bull au micro de Sky Sports. Il (Hamilton) n’aurait pas dû faire une manœuvre comme celle-là, c’est inacceptable. Il a bloqué sa roue dans le virage, il était loin d’être devant. Lewis a beaucoup d’expérience pour savoir ce qui est acceptable. C’est dangereux, ça ressemblait à un geste désespéré. J’espère que Lewis est content de lui."

Horner et Wolff ont mis la pression sur les commissaires de course

Avant de se plaindre face aux médias, Christian Horner avait interpellé le commissaire de course Michael Masi. "C’est entièrement de la faute d’Hamilton, s'était-il fâché. Il n’aurait jamais dû se retrouver dans cette situation. On aurait pu avoir un accident beaucoup plus grave mais heureusement il (Verstappen) est sorti indemne." Et d’ajouter : "J’espère que vous prendrez les mesures appropriées".

Pendant la suspension de la course à la suite du crash, c’est Toto Wolff qui faisait pression sur Michael Masi. Le patron de Mercedes l’avait averti qu'il venait d'envoyer un email afin d'apporter des éléments montrant que, selon lui, Lewis Hamilton n'est pas fautif. Les commissaires de course en ont décidé autrement, puisque le Britannique a bel et bien été pénalisé de 10 secondes... Ce qui ne l’a pas empêché de gagner.

ABr