RMC Sport

Guimard : "Cavendish est redevenu un tigre"

-

- - -

Membre de la Dream Team RMC Sport, Cyrille Guimard salue le retour de Mark Cavendish, vainqueur de la 7e étape du Tour de France ce vendredi, sa 26e sur la Grande Boucle. Et annonce un possible changement de maillot jaune à l’issue de l’étape de demain entre Rennes et Mûr de Bretagne.

« C’était une véritable étape de transition. On sort d’étapes très difficiles physiquement, usantes sur le plan psychologique. Il y avait de l’adrénaline, du stress. A un moment, il faut qu’il y ait un relâchement. Ça a été le cas aujourd’hui. Tous les coureurs avaient besoin de dire : « ouf, ça ne tombe plus ».

Cavendish ne pouvait pas perdre aujourd’hui. Ce n’est pas un champion du monde de l’entrainement. Il lui faut un peu de temps pour véritablement commencer à s’affûter. C’est un coureur qui a des petits problèmes de poids, il a besoin de quelques jours pour perdre 2 ou 3 kilos. A partir de ce moment-là, il devient irrésistible dans les sprints. A Fougères, quand il est arrivé à hauteur de Greipel, il s’est infiltré à la corde, et là, Greipel n’a pas existé. »

« Sagan va faire des rêves en jaune comme ce n’est pas permis »

« Acculé, Cavendish redevient un tigre, l’homme le plus rapide. C’est souvent vrai pour les grands champions, l’orgueil est là, on ne peut pas être ridiculisé. Il l’avait pratiquement été sur tous les sprints depuis le départ. Il était un peu tristounet. Mais aujourd’hui, il est redevenu le patron, au minimum l’espace d’une journée. C’était sa dernière chance de remporter une étape, il ne pouvait pas la rater. Avec ses 26 victoires, Cavendish (30 ans) peut rattraper Eddy Merckx (34 victoires) et Bernard Hinault (28), même s’il ne faut pas comparer leurs succès. Eux ont remporté cinq tours de France. Ils ont gagné partout. Un sprinteur est plus limité sur le Tour.

Demain, l’étape ne sera pas très difficile dans sa globalité. Il ne faut pas s’en faire une montagne, même si la course va se durcir dans les cinq derniers kilomètres. C’est une ascension difficile, longue (Mû de Bretagne, ndlr). Il risque d’y avoir des écarts entre les meilleurs. Il y a un coureur dont on a beaucoup parlé aujourd’hui qui s’appelle Peter Sagan, revenu à onze secondes de Christopher Froome. Il va faire des rêves en jaune comme ce n’est pas permis. Il faut qu’il gagne l’étape et qu’il prenne deux secondes à Froome. C’est dans le domaine du possible. Le maillot pourrait encore changer d’épaules demain. »

la rédaction