RMC Sport

Guimard : "Il faut absolument que Pinot se remette en cause"

-

- - -

Thibaut Pinot a vécu ce mercredi un nouvel enfer, en terminant la 11e étape du Tour de France dans le gruppetto, à plus de vingt minutes de Rafal Majka. Pour Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport, le problème est avant tout mental et le coureur de la FDJ doit se remettre en question.

La défaillance psychologique de Pinot

« Faire une prise de sang par précaution comme il l’a dit, oui, ça me paraît évident (Pinot souhaite effectuer un bilan sanguin en raison de ses mauvaises sensations, ndlr). Il faut essayer, dans un premier temps d’éliminer ce qu’on peut éliminer. Mais s’il n’y a rien dans la prise de sang, c’est que le problème est ailleurs. Il est sur le mental, la perte de confiance, l’objectif qui s’en va et d’un seul coup, vous disjonctez complètement. Ne plus avoir de force, c’est quelque chose de normal à partir du moment où vous n’y croyez plus. La situation qu’il connait, beaucoup d’autres l’ont connue dans les mêmes circonstances. Il faut bien écouter son discours, entre les mots, le ton qu’il utilise. Pour l’instant, il ne part pas vers une remotivation. Il faut absolument qu’il se remette en cause. Qu’il passe deux ou trois jours, qu’il ne bouge plus, se remette en cause et retrouve, en lui-même, les forces. C’est lui seul qui peut se sortir seul de ça. L’aide extérieure viendra avec. »

Voeckler n’a plus les jambes

« Thomas Voeckler s’est dit content de sa 5e place mais ce n’est pas dans son tempérament de partir dans un coup pour faire cinquième. D’autant que la plupart du temps, quand il partait dans un coup, il ne se ratait pas. Mais là, il y avait plus fort que lui. Le Tourmalet a été trop difficile, trop long. Il n’a peut-être plus tout à fait les jambes qu’il avait il y a quatre-cinq ans. C’est le cycle de la vie. »

-
- © AFP

Gallopin s’est surpassé

« On va galérer pour avoir un coureur français dans le top 10. Tony Gallopin s’est surpassé dans ces deux premières étapes de montagne, surtout hier. Aujourd’hui, il a accompagné le groupe de Chris Froome mais il n’y a pas eu de bataille dans l’Aspin et dans le Tourmalet, ce qui était prévisible. Le peloton montait pratiquement à la même vitesse que les hommes de tête et à ce rythme-là, Tony peut suivre. S’il y a une grosse castagne, comme il y aura sûrement demain, au minimum dans la dernière ascension au plateau de Beille, il aura du mal à conserver une place dans le top 10 compte tenu de son rapport poids-puissance. Mais il est vraiment bien en ce moment donc j’ai envie de dire qu’il se battra tant qu’il aura la possibilité d’y être. »

Barguil, ce héros

« Barguil a été merveilleux aujourd’hui ! Hier (après sa chute ndlr), il a fait comme il a pu, il a perdu un peu de temps. Aujourd’hui il s’est accroché, il connaît bien le Tourmalet, il a fait une ascension intelligente : il a bien géré et n’a jamais paniqué. Et surtout, il a fait une descente à tombeau ouvert : jamais une faute de trajectoire, jamais une faute de freinage. Ce qui lui a permis de boucher pratiquement une minute, ce qui l’a replacé devant. Espérons qu’il s’en sorte bien demain : s’il n’est pas sorti du Top 10 demain, il y restera dans les Alpes parce qu’il a un vrai tempérament : il tombe, il se relève, il se bat. Il est taillé dans le granit breton. »