RMC Sport

Tour de France (1e étape): Pinot victime d'une chute, la victoire pour Kristoff

Remportée au sprint par le Norvégien Alexander Kristoff, la première étape du Tour de France a été marquée ce samedi par une pluie de chutes. Dont celle de Thibaut Pinot, tombé à trois kilomètres de l'arrivée.

Thibaut Pinot, Sam Bennett, Nairo Quintana, Benoît Cosnefroy, Pavel Sivakov, Richie Porte, Andrey Amador, Mikel Nieve, Luis Leon Sanchez, Caleb Ewan ou encore George Bennett. Tous ces coureurs présentent un (triste) point commun depuis ce samedi.

Sur des routes détrempées transformées en de véritables patinoires, ils ont tous chuté lors de la première étape du Tour de France programmée autour de Nice et remportée au sprint par le Norvégien Alexander Kristoff.

Héros malheureux en 2019 et à nouveau candidat à la victoire finale cette année, Pinot fait partie de ceux qui ont goûté au bitume. Le leader de la Groupama-FDJ a été pris dans une chute à trois kilomètres du but, mais a pu repartir. Le maillot déchiré au niveau de l'épaule droite et le visage marqué, il a franchi la ligne quatre minutes après Kristoff, en compagnie de ses coéquipiers, mais a été classé dans le même temps que les premiers, sa chute étant survenue sous la banderole des trois derniers kilomètres.

Autres favoris, Primoz Roglic et Egan Bernal n'ont eux pas chuté, mais certains de leurs lieutenants ont été au sol: George Bennett pour la formation Jumbo-Visma, Pavel Sivakov pour Ineos.

Une pluie de chutes

Donné dans un contexte sanitaire lourd avec la menace du coronavirus, qui entraînera l’exclusion d’une équipe si deux de ses membres sont testés positifs au Covid-19, le coup d’envoi de la 107e édition a donc été marqué par une avalanche de gamelles. Et de grosses frayeurs, comme avec ce tout droit de Miguel Angel Lopez, l’un des outsiders pour la victoire finale, parti percuter un panneau de signalisation dans une descente. L’étape a d'abord été animée par la première échappée formée par deux Français (Fabien Grellier et Cyril Gautier) et un Suisse (Michael Schär), dont les maigres espoirs d’aller au bout ont été rapidement éteints par un peloton rendu tendu par les innombrables chutes mais déterminé à avoir un sprint à l’arrivée.

Certains ont bien tenté d’empêcher ce scénario, à l’image de Cosnefroy, parti en solitaire à 22 kilomètres de l’arrivée mais repris une poignée de minutes plus tard. Sans surprise, les sprinteurs, qui n’auront pas beaucoup d’occasions de s’illustrer cette année sur le Tour, se sont donc disputés la victoire. Et à ce petit jeu, c’est donc Kristoff (UAE-Team Emirates) qui a su être le plus fort. Vainqueur devant le Danois Mads Pedersen (Trek-Segafredo) et le Néerlandais Cees Bol (Sunweb), il en profite pour s’emparer du maillot jaune de leader du classement général. Un maillot qu’il devrait perdre dès dimanche avec une étape très attendue, toujours du côté de Nice, qui proposera au peloton trois ascensions.

A noter que le maillot à pois de meilleur grimpeur sera porté par le Vendéen Fabien Grellier (Team Total Direct Energie).

>> Revivez la première étape du Tour de France

RR