RMC Sport

Tour de France (4e étape) : Coquard, quelques millimètres pour une immense déception

-

- - -

La quatrième étape, la plus longue du Tour (237,5km), disputée entre Saumur et Limoges s’est jouée à un souffle, au terme d’un sprint de folie ce mardi. L’Allemand Marcel Kittel (Etixx-Quick Step) l’emporte à la photo-finish devant Bryan Coquard (Direct Énergie).

« Ça fait ch… » Quelques minutes après sa folle cavalcade, Bryan Coquard ne digérait toujours pas. A 24 ans, le coureur de Direct Énergie a beau avoir tout l’avenir devant lui, il veut sa place dans le grand monde. Maintenant. « Je suis un gagneur. J’ai mon caractère de cochon. Je veux gagner dès cette année », répétait le natif de Saint-Nazaire. Troisième hier dans les rues d'Angers, Coquard a avancé d’une place ce mardi. Il aura manqué quelques centimètres à son incroyable remontée dans les cent derniers mètres pour remporter sa première victoire sur le Tour. Mais à la photo-finish, Kittel est devant, pour un écart invisible à l’œil nu. L’Allemand peut lâcher ses larmes de joie.

A lire ici >> "petite déception" pour Coquard

A lire ici >> chez les Français, il n’y a pas que Pinot

A lire ici >> Sagan allume le peloton : "Certains ne savent pas faire du vélo"

« J’y croyais dur. Hier Jimmy (Engoulvent) m’avait reproché de ne pas assez lancer mon vélo à l’arrivée. Je voyais bien que je revenais. Je suis très déçu, regrettait Coquard depuis un stand improvisé dans l’aire d’arrivée. Maintenant, il ne faut pas baisser les bras. Il reste beaucoup d’occasions. J’ai tout donné. Il n’y a pas d’erreur. Kittel était plus fort. Je pense que je fais partie des grands maintenant. »

Au sein de l’équipe Direct-Energie, on est également passé par toutes les émotions. « Il y a eu une explosion de joie. On le voyait gagner, racontait le directeur sportif Jean-René Bernaudeau. Après, il y a eu un moment de silence. Pendant la photo-finish on était très inquiet. Personne ne répondait. On a eu cette confirmation, deuxième. Il n’y a pas un boyau. La ligne était tracée deux mètres trop tôt. »

Guimard : « Il doit être complètement détruit »

Le verdict énoncé, Bernaudeau a embrassé son coureur, sans un mot. L’esprit déjà tourné vers demain. Pour le patron de Direct Energie, Coquard, « le plus petit des sprinteurs » (168m pour 58kg quand Kittel culmine à 1,88m) aura d’autres occasions de jouer la gagne dans ce Tour. La cinquième étape mercredi entre Limoges et Le Lioran, promise aux grimpeurs, permettra de se laver la tête.

« On sent chez lui une grande déception. Il doit être complètement détruit, estimait Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport. Il va falloir le ressourcer et lui redonner la confiance. Il va finir par la perdre. Demain il va pouvoir souffler. Revoir son sprint 25, 30 ou 40 fois. Le lendemain sera un autre jour. C’est la force des sprinteurs, se remettre dans le match tout de suite. »

la rédaction