RMC Sport

Tour de France: Un homme fait son apparition sur le podium à la place d'une hôtesse, il raconte

Les organisateurs du Tour de France ont révolutionné les podiums à l’arrivée des étapes. A la place des deux jeunes femmes, un homme se tiendra côté des vainqueurs. RMC Sport a rencontré l’un des hôtes de cette Grande Boucle marquée du signe de la parité.

Evoqué depuis plusieurs années via une pétition en ligne, et même réclamé par Marlène Schiappa, le podium du Tour de France s’est offert un gros lifting cet été. Il en est fini des miss pour remettre bouquets et peluches aux coureurs. 

A la place, les organisateurs ont misé sur un couple composé d’un homme et d’une femme lors du protocole de chaque étape. Une véritable révolution permettant aussi de clore la polémique.

"Quelque chose qui restera gravé dans ma tête"

Parmi les nouveaux hôtes de la Grande Boucle, Alan Silvestri grimpe sur le podium après chaque étape afin d’accompagner le maillot à pois. C’est donc lui qui était avec les Français Fabien Grellier et Benoît Cosnefroy après le premier week-end de course à Nice. Mannequin de profession et papa, l’homme de 32 ans a évoqué son rôle au micro de RMC Sport et a expliqué sa fierté de participer à sa manière au Tour de France.

"Etre ici sur le podium, c’est une fierté. Maintenant par rapport à la parité, sans faire de politique, c’est très bien parce que cela donne du travail et c’est bien qu’il y ait un homme et une femme, a estimé le modèle. Ça, c’est mon avis. Le Tour de France c’est la plus grande course du monde. Etre présent sur un événement comme celui-ci c’est quelque chose qui restera gravé dans ma tête, durant toute ma carrière."

Pas de problème pour cohabiter avec les Miss

Outre les cérémonies protocolaires, Alan Silvestri jouera les ambassadeurs pour le partenaire du maillot à pois pendant la course et accueillera les invités du sponsor pendant les étapes.

Un travail qui nécessite aussi de bien s’entendre avec toutes ses collègues féminines, qui malgré le gros changement de cette année restent présentes en nombre dans la Caravane du Tour. Et de ce côté-là, tout semble se dérouler pour le mieux jusqu'ici. 

"Dans mon milieu professionnel, c’est quelque chose d’habituel, a encore rappelé le mannequin. C’est très bien d’être avec des hommes et des femmes. Et n’être qu’avec des filles, ce n’est pas un souci."

Un constat partagé par Laura Pouet, hôtesse depuis six ans sur la mythique épreuve: "Cela fait de la nouveauté. On est content de l’accompagner, c’est bien, cela change, a indiqué la jeune femme. On avait déjà une équipe mixte comme les chauffeurs des invités sont des hommes. Et avec les filles, on n’a pas de tensions donc c’est une personne de plus qu’on accueil avec nous tout le temps."

Une évolution normale pour les organisateurs

Au lieu d’une polémique sexiste, le Tour de France s’est offert une belle initiative avec l’intégration d’un hôte masculin sur les podiums. Coup de chance supplémentaire, les normes sanitaires liées au coronavirus et le port obligatoire du masque aident un peu à faire passer ce changement auprès des spectateurs. Du côté de la direction de course, on se félicite de cette évolution qui ne signifie en rien une marque de défiance vis-à-vis des hôtesses. 

"Il n’y a pas de justifications à avoir. C’est une évolution, a tranché Christian Prudhomme, directeur du Tour. Il ne faut surtout pas le voir comme si on ne voulait plus d’hôtesses. Elles font un boulot remarquable. Mais c’est juste comme ça, il y aura un hôte et une hôtesse. Et c’est très bien."

JGL avec Sarah Griffon