RMC Sport

Cancellara : « J’ai fait une course magnifique »

Seul dans le Vélodrome de Roubaix, le Suisse apprécie ce succès à sa juste valeur.

Seul dans le Vélodrome de Roubaix, le Suisse apprécie ce succès à sa juste valeur. - -

Le magnifique printemps du Suisse se poursuit. Une semaine après le Tour des Flandres, Cancellara s’adjuge un deuxième Paris-Roubaix. Et savoure sans modération.

Fabian Cancellara, vous venez de remporter un deuxième Paris-Roubaix. Et de quelle manière…
C’est une grande victoire. J’avais une grosse motivation, mais cinquante kilomètres en solitaire, ce n’était pas gagné ! Je ne pensais pas rouler autant, mais on ne change pas les situations comme ça. Je gagne d’une grande manière. Aujourd’hui, je suis plus que fier. Après la victoire dans les Flandres, c’était un peu fou dans ma tête, mais je voulais écrire l’Histoire, réaliser le doublé, rendre hommage à Ballerini (voir par ailleurs) et aux anciens coureurs qui ont attaqué de si loin. J’aime écrire l’Histoire.

Aviez-vous prévu d’attaquer de si loin, notamment après les attaques lancées par Boonen ?
Boonen a beaucoup attaqué avant, mais j’étais là pour réagir. Je savais que c’était encore long. Je me suis : « Reste tranquille, calme toi, c’est encore long ». Je devais réagir, mais je devais le faire au moment juste. Finalement, je n’ai pas placé une attaque, j’ai accéléré. C’était loin de l’arrivée, mais on ne peut pas planifier ce genre de choses.

Etait-ce risqué de partir en solitaire à une cinquantaine de kilomètres de la fin ?
C’est toujours un risque. Je pensais accélérer et devoir faire face à des réactions. Finalement, j’ai continué à rouler, car Paris-Roubaix peut s’arrêter très vite sur une crevaison. J’ai donc donné le maximum jusqu’aux derniers secteurs pavés. Finalement, je fais une course magnifique !

Jean Bommel à Roubaix