RMC Sport

ESWC FIFA, Agge: ''Le PSG était le meilleur projet pour moi''

-

- - PSG

Il est depuis une semaine l’une des recrues phares du PSG eSports. Mais August « Agge » Rosenmeier est avant tout le tenant du titre de l’ESWC (Electronic Sports World Cup) FIFA, qui débutera ce samedi (10h30), à la Paris Games Week, au Parc des Expositions de Paris. Quelques heures avant son entrée en lice dans la compétition, le champion danois a accepté de se livrer à RMC Sport.

August, comment s’est passée votre arrivée au PSG eSports ?

Les premiers contacts avec le PSG remontent à il y a deux mois. Il y a quelques années, je suis devenu très ami avec Bruce Grannec (triple champion du monde sur FIFA, vainqueur de l’ESWC 2012). On a eu l’occasion de se jouer à plusieurs reprises. C’est Bruce qui m’a fait connaitre Sacha (le manager de Bang Bang Management, une agence spécialisée dans la représentation des esportifs et désormais rattachée au PSG eSports, ndlr). On a commencé à discuter, sympathiser. Quand il m’a donné l’opportunité d’étudier la proposition du PSG, j’étais vraiment honoré et j’avais très envie de rejoindre cette équipe. Leur offre était la meilleure pour moi.

Vous aviez reçu d’autres propositions de la part d’autres clubs ? Le PSG était un vrai choix de votre part ?

Je voulais rejoindre le meilleur club au monde. Le prestige et la réputation du club comptaient beaucoup pour moi. Le PSG est aujourd’hui l’un des cinq meilleurs clubs au monde avec peut-être le FC Barcelone, le Real Madrid, le Bayern Munich, la Juventus de Turin, ou des clubs comme Manchester United et Manchester City. J’ai eu d’autres propositions de clubs, quatre ou cinq, je ne sais plus. Leurs offres étaient intéressantes, oui, mais pas à la hauteur de celle du PSG, non. Vraiment, Paris était le meilleur projet pour moi.

A lire aussi : le PSG eSports annonce la couleur

Pourquoi le PSG eSports vous a recruté à votre avis ?

Je pense que le PSG m’a choisi parce que le club doit penser que je suis peut-être l’un des meilleurs joueurs du monde sur FIFA. On le sait, le PSG a pour habitude de signer les meilleurs joueurs au monde et c’est un honneur pour moi d’avoir signé un contrat avec ce club.

Qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

Cela m’a définitivement rendu plus célèbre. Les gens savent désormais qui je suis. Beaucoup de personnes en France me connaissent aujourd’hui et j’en suis très content. Pouvoir vivre en jouant à un jeu à temps plein, c’est comme un rêve qui devient réalité pour moi. Ce n’est pas tout le monde qui peut faire ça. Voyager à travers le monde, gagner de l’argent juste pour jouer à FIFA, à un jeu que j’aime vraiment, avoir des équipements du club, pouvoir assister aux matches, c’est vraiment une énorme opportunité pour moi.

Dans quelques heures, l’ESWC FIFA 17 va débuter. Il s’agira pour vous de défendre le titre acquis l’année passée. La pression est là, c’est indéniable.

Bien sûr que j’ai la pression. Maintenant que je suis un joueur du PSG, tout le monde voudra me battre et tout le monde attendra aussi que je gagne chaque tournoi. Je suis très tranquille avec ça. J’ai la même ambition que le club, celle de gagner chaque tournoi. Je veux toujours être le meilleur joueur.

A lire aussi : le rêve éveillé de Lucas "DaXe" Cuillerier au PSG eSports

Où en êtes-vous niveau études ?

J’ai fini le lycée. L’eSport est ma grande passion et une grande partie de ma vie. Je joue aussi au football dans la vraie vie. Le ballon rond, c’est vraiment tout pour moi (sourires). Maintenant, je voudrais essayer de vivre de FIFA et d’en faire mon job à plein temps. Ma carrière de footballeur ? J’adorerais pouvoir faire les deux. Mais mon niveau et mon potentiel sont plus élevés à FIFA. Ce serait intéressant de voir quel niveau je pourrais atteindre dans le vrai football. Mais la combinaison des deux me parait compliquée. FIFA est le plus important aujourd’hui.

Comment abordez-vous la compétition ?

Je me dois d’être confiant. J’ai confiance en moi et dans mes capacités. C’est une compétition très dure mais je connais exactement les ingrédients à mettre pour la remporter à nouveau. Je vais donner 100 % de moi-même. J’aurai besoin d’être aussi un peu chanceux lors des moments importants mais pour le reste, je vais me servir aussi de mon expérience acquise sur les tournois FIFA. On va essayer d’avoir les meilleurs résultats possibles. Je vais aborder la compétition match après match.

A lire aussi : FIFA veut devenir un titre phare de l'eSport

Y a-t-il des joueurs que vous redoutez dans votre poule ?

Pour moi, tous les groupes en général sont vraiment, vraiment durs. Quand je regarde le mien… Je connais peut-être 4 ou 5 joueurs. Le reste, je n’avais jamais entendu leur nom auparavant. Mais je sais que tous les joueurs présents seront à prendre au sérieux. Ce sont les meilleurs de leurs pays et probablement parmi les meilleurs au monde. C’est toujours dangereux de jouer des joueurs que l’on ne connait pas et dont on ne sait rien. On peut avoir des surprises avec leur niveau de jeu. Le principal danger ? Navid « AdamanT » Borhani. Il a remporté l’ESW deux ans avant moi. Il a déjà gagné et il est très, très fort. C’est l’un des meilleurs joueurs dans le monde.

Quelqu’un dans votre entourage a-t-il eu une influence notable dans votre passion pour l’eSport ?

Mon frère Tim m’a montré FIFA quand j’avais 7 ans. A l’époque, j’étais déjà passionné de football et j’étais très excité par ce jeu. Je voulais jouer tout le temps mais la console était dans sa chambre. Je ne pouvais pas jouer autant que je voulais, je devais le laisser tranquille, c’est ce qu’il me disait. Mais j’étais un petit garçon et je voulais absolument jouer. Alors j’allais dans sa chambre quand il allait à l’école et je jouais lorsqu’il n’était pas là. Quand il rentrait à la maison, il était vraiment fâché contre moi. Du coup, j’ai très vite appris à jouer sous pression (sourires). Je l’ai appris dès mon plus jeune âge. Ensuite, il a découvert que j’étais plutôt bon à FIFA. Parfois, je le battais 6-0. Il a commencé à m’inscrire à des tournois comme les qualifications de la FIFA Interactive World Cup. On a ensuite réalisé que j’avais peut-être le potentiel pour devenir un joueur professionnel de FIFA.

Pour finir, qu’est-ce que vous ferez comme première grosse folie avec votre salaire comme joueur du PSG eSports ?

Si j’ai le temps, après Noël, j’essaierai de partir à Bali, en vacances. Avec FIFA ? Non… Mais je pense que je prendrai peut-être quand même la Xbox… On a des compétitions toutes les semaines (rires). On verra. Oui, je pense peut-être prendre des vacances. Mais, comme j’ai mon appartement au Danemark, je pourrais aussi décider de garder un peu d’argent.

Propos recueillis par Alix Dulac