RMC Sport

Ronaldo se lance aussi dans l’eSport

-

- - -

Le double Ballon d’Or (1997 et 2002) et double champion du monde (1994 et 2002) Ronaldo a lui aussi succombé aux sirènes de l’eSport. L’ancienne gloire de l’Inter Milan a racheté des parts d’une des structures les plus importantes de son pays.

On lui connaissait le goût du poker. Dorénavant, il faudra aussi associer son nom à celui de l’eSport. Ronaldo, pas Cristiano mais « El Fenomeno », s’est félicité le week-end dernier sur sa page Facebook d’avoir investi dans la structure CNB eSports Club, une des structures esportives les plus importantes du Brésil. Une annonce au timing mûrement réfléchi puisqu’elle a été faite à l’occasion du début de la saison 2017 du championnat brésilien de League Of Legends (le CBLoL), compétition particulièrement prisée au pays de la samba et dont les Blummers (le nom des joueurs du CNB eSports Club) sont les grands favoris.

A lire aussi: comment l'eSport a fait vibrer l'Olympia

Comme les basketteurs Shaquille O’Neal et Magic Johnson, ou encore – pour rester plus proche des pelouses – le Paris Saint-Germain, l’AS Monaco, Nantes, Wolfsburg, Schalke 04, Manchester City ou encore West Ham, c’est un nouveau grand nom du ballon rond qui fait son entrée dans le monde de l’eSport. Ronaldo, qui avait déjà un peu tâté le terrain en encourageant les Blummers cet été sur Facebook lors de la finale des playoffs de CBLoL, n’a pas poussé la porte tout seul : il est accompagné de deux grands noms du poker : le champion du monde Andre Akkari - qui a convaincu Ronaldo de se lancer - et Igor Trafane, le directeur exécutif d’une série télé dédiée au poker.

Le trio a racheté 50 % des parts de la structure, l’autre moitié restant aux mains des deux fondateurs (et frères) Cleber « Fuzi » Fonseca et Carlos « Fury » Junior. « La direction reste la même, a assuré « Fury » sur le site du CNB. Ce qui change est que nous avons maintenant deux champions du monde avec nous, ce qui ajoute beaucoup à notre image. Je pense que cela peut être un formidable levier pour aller explorer de nouveaux marchés tels que le football ou d’autres jeux électroniques. » Vu sa notoriété, on imagine aisément le buzz énorme que provoquerait le nom de Ronaldo associé à un jeu comme FIFA…

A lire aussi: sur FIFA, la France a son Pep Guardiola, il s'appelle Alan "Zaldinho" Brin

Alix Dulac