RMC Sport

Tennis Manager 2021: un petit studio français a créé le "Football Manager du tennis"

Un match dans Tennis Manager

Un match dans Tennis Manager - Tennis Manager

Disponible sur PC depuis le 7 septembre, le jeu Tennis Manager 2021 permet de prendre la tête d'une académie de tennis en allant piocher parmi plus de 5.000 joueurs et joueuses. Cette simulation, qui rappelle Football Manager ou encore Pro Cycling Manager, est le fruit d'un petit studio de développement français.

Laissés pour compte depuis les historiques Virtua Tennis et Top Spin, les amateurs de tennis peuvent désormais compter sur Tennis Manager 2021. Disponible depuis le 7 septembre sur PC après avoir été lancé dans une version anticipée au mois de mai, ce jeu vidéo - développé par le petit studio français Rebound CG - est d'ores et déjà considéré comme le "Football Manager du tennis". Ce surnom n'est clairement pas usurpé par cette simulation de management, qui peut assurément prétendre à réconcilier la discipline avec le jeune public.

Tennis Manager 2021 propose d'incarner un entraîneur à la tête d'une académie de tennis. Tel un Patrick Mouratoglou, le très réputé coach français qui a fondé une structure ayant vu passer entre autres Marcos Baghdatis, Grigor Dimitrov, Jérémy Chardy, Stefanos Tsitsipas, Aravane Rezaï et surtout Serena Williams. Deux options existent à la création d'une partie solo (il n'existe pas de mode multijoueur): prendre en main une académie déjà montée avec un effectif déjà prêt, ou en développer une de toutes pièces.

Du coaching pendant les matchs

Comme tout bon jeu de management sportif, il faut gérer: les joueurs, le recrutement, les entraînements, la presse, les infrastructures, les finances et bien entendu les résultats. Tennis oblige, il est aussi question d'inscriptions aux tournois, qui peuvent être refusées si le classement requis n'est pas atteint.

L'interface rappellement immédiatement Football Manager, que ce soit dans la consultation des messages ou bien dans l'affichage des caractéristiques des tennisman et tenniswoman (et des membres de staff). À ce propos, tous possèdent des attributs évolutifs notés sur 20 pour leurs aptitudes techniques, physiques et mentales. La base de données est colossale: 5.000 personnes, dont 400 avec la licence officielle, et plus de 2.000 tournois des circuits ATP, WTA et juniors.

Au-delà de l'aspect purement gestionnaire, Tennis Manager s'articule aussi autour des matchs. Le jeu est avant-gardiste sur ce point: l'entraîneur peut coacher son poulain, avec des causeries et des instructions tactiques pensées à la fois pour le grand public et pour les spécialistes de la raquette. "On a voulu répliquer les mécaniques de gameplay de Football Manager", souligne le patron du studio Augustin Pluchet pour RMC Sport. Des points sont à améliorer, mais le résultat est tout à fait efficace. Pour les amateurs de statistiques, des chiffres et graphiques sont disponibles à foison, avec clarté. Bien sûr, les graphismes et les animations n'atteignent pas les niveaux d'une super-production telle que FIFA. Mais le rendu visuel est tout à fait positif et dynamique. Une vraie belle performance pour Rebound CG.

Lorenzo Musetti dans Tennis Manager
Lorenzo Musetti dans Tennis Manager © Tennis Manager

Ce studio français veut grandir

Basé à Angoulême, ce petit studio de développement a impliqué une vingtaine de personnes sur le jeu. Des scouts ont aussi été mobilisés, pour faire remonter des informations sur les stars en devenir. Avec des moyens limités, Rebound CG a déjà tapé dans l'oeil de certaines fédérations, qui y voient une bonne opportunité de mettre en valeur leurs prodiges, mais aussi pour intéresser les jeunes au tennis. Un partenariat a ainsi été signé avec la fédération allemande, l'une des plus importantes au monde.

Les premiers retours de la communauté ont été positifs, notamment sur la plateforme Steam. Le jeu a aussi séduit sur Twitch, où divers évenements ont été organisés, aussi bien avec des streameurs qu'avec des figures du circuit comme Gaël Monfils ou Corentin Moutet.

Ce qui pourrait permettre à Tennis Manager de grandir, au point par exemple de sortir sur consoles. Il faudrait pour cela qu'un éditeur prenne le jeu sous son aile, comme l'explique Augustin Pluchet: "On veut trouver le bon éditeur, afin de toucher une audience plus large". Compte tenu des réflexions autour de l'avenir et la médiatisation du tennis, les acteurs de la discipline auraient tout intérêt à encourager le projet.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport