RMC Sport

A Saint-Maur, la Ronaldomania bat son plein

A Saint-Maur, la Ronaldomania bat son plein

A Saint-Maur, la Ronaldomania bat son plein - AFP

A Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), où la communauté portugaise est très importante, Cristiano Ronaldo est de loin le footballeur le plus populaire. Avant le match entre la France et le Portugal ce samedi (20h45), plongée au cœur du club des Lusitanos, qui vibre au rythme des exploits de « CR7 ».

A quelques kilomètres de Paris, à moins d’une heure du cœur de la capitale en transports en commun, ils n’ont d’yeux que pour un seul homme. Non, pas Zlatan Ibrahimovic ! Dans les cœurs des jeunes des Lusitanos de Saint-Maur, la star du PSG est largement devancée par Cristiano Ronaldo. Avec plus de 600 licenciés, dont une très forte majorité d’origine portugaise, le club du Val-de-Marne est sans doute l’un des endroits de France où « CR7 » est le plus adulé.

Une petite « Ronaldomania » qui se constate en un coup d’œil lors de l’entraînement des jeunes du club. Ce mercredi après-midi, les maillots du Real Madrid et de la sélection portugaise « pullulaient » sur la pelouse. Avec comme dénominateur commun le numéro sept et le flocage au nom de Cristiano Ronaldo. « Il est trop fort », lâche un des bambins membre de l’équipe des moins de sept ans. « Il est riche, il a un appartement à Madrid… et il est Portugais », poursuit un de ses coéquipiers. Plus grand et voix moins fluette, un U13 tente une analyse un peu plus poussée : « Il a eu deux Ballons d’Or, il a gagné la Ligue des champions et il a mis la misère au Bayern ! »

Les éducateurs s’en servent comme exemple

Loin du Portugal ou de Madrid, Ronaldo est donc quand même au cœur de l’entraînement des Lusitanos de Saint-Maur. Ses gestes techniques favoris sont tentés, souvent manqués mais toujours répétés des dizaines de fois. Ses célébrations de but aussi. Pour les éducateurs de ce club du « 9-4 », l’ancien joueur de Manchester United représente donc un formidable outil pour inculquer certaines valeurs.

« C’est l’idole, souligne Frédéric Da Costa, le directeur technique. On s’en sert comme un exemple, mais c’est de toute façon déjà un exemple pour eux. » Et pour les rares qui préfèrent Zlatan ou Messi, ils reconnaissent quand même, en chœur, que le Portugais a quelque chose en plus : « sa femme » !

la rédaction avec NP, à Saint-Maur-des-Fossés