RMC Sport

Accusé de viol, Daniel Alves a été arrêté alors qu’il se rendait au chevet de sa belle-mère malade

Selon la presse espagnole, les enquêteurs ont profité du retour de Daniel Alves en Espagne pour se rendre au chevet de sa belle-mère pour l’interpeller et l’incarcérer pour des accusations de viol.

Daniel Alves (39 ans) a été interpellé et incarcéré vendredi dernier pour des accusations de viol contre une femme de 23 ans, dans une discothèque de Barcelone le 30 décembre. Le journal espagnol NIUS Diario donne des détails de cette arrestation opérée par les Mossos, les forces de police catalanes.

Les enquêteurs ont épluché minutieusement l’activité du latéral droit brésilien sur les réseaux sociaux, mais aussi son actualité avec son club des Pumas au Mexique, pays qu’il avait regagné peu de temps après les faits reprochés.

Sa défense a négocié une arrestation en privé

Les policiers ont aussi rapidement découvert que le joueur possédait toujours des attaches à Barcelone, où vit une partie de sa belle-famille. C’est d’ailleurs par ce biais qu’ils ont procédé à son arrestation. Selon NIUS, Alves est en effet rentré plus tôt que prévu en Espagne pour se rendre au chevet de sa belle-mère, dont l’état de santé se dégradait. A son atterrissage, l’ancien joueur du FC Barcelone a été informé par les agents qu’il devait se présenter devant les autorités pour faire une déclaration.

La défense d'Alves a alors accepté que le processus soit mené en privé, au lieu que les agents se présentent chez le joueur avec sa famille dans ces moments difficiles. La belle-mère de Daniel Alves est décédée vendredi dernier.

Comme le veut le protocole, Alves a alors été transféré au poste de police, où il a eu la possibilité de faire une déclaration. En vertu de la même réglementation pour les cas de violences sexuelles présumées, il a été traduit devant les tribunaux où le magistrat chargé de l'affaire a remarqué d'importantes contradictions avant de présenter au joueur les nombreuses preuves collectées par les agents de l’Unité des agressions sexuelles (UCAS) depuis 20 jours. Après sa déclaration, le juge a ordonné sa détention provisoire sans caution.

NC