RMC Sport

Affaire de la sextape : la version de Benzema devant la juge

Karim Benzema va s’expliquer ce mercredi soir au 20h de TF1 sur son implication dans l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. En attendant, Le Monde publie les déclarations de l’attaquant de l’équipe de France recueillies par la juge de Versailles le 5 novembre lors de son audition en comparution immédiate. Des propos qui ont précédé sa mise en examen.

Le 20h de TF1 diffusera ce mercredi soir une interview de Karim Benzema, enregistrée la veille, dans laquelle l'attaquant des Bleus s'explique sur son implication dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. En attendant, Le Monde a publié dans la matinée les déclarations de Benzema recueillies par juge de Versailles, Nathalie Boutard, lors de son interrogatoire en comparution immédiate le 5 novembre. Une audition à l'issue de laquelle le buteur du Real Madrid a été mis en examen pour "complicité de tentative de chantage" et "participation à une association de malfaiteurs". 

Son implication dans l'affaire

Durant son interrogatoire, Benzema a nié son implication dans la tentative de chantage : « Non, je n’ai pas participé à ça (…) Je pense que c’est un gros malentendu, tout ça. Au départ, je voulais le (Valbuena) mettre au courant d’une histoire qu’il y avait sur lui et l’aider. Parce qu’on m’a déjà fait ça. C’est quelqu’un qui joue avec moi en équipe de France, c’est un pote. Je voulais le mettre au courant de cette histoire et discuter avec lui pour lui faire part. »

Sa rencontre avec le maître chanteur

Le natif de Lyon a également précisé sa rencontre avec le maître chanteur de Mathieu Valbuena : « Je ne me rappelle plus la date exacte, mais c’était juste un peu avant le match France-Arménie. Environ trois semaines avant. J’étais à Madrid. J’étais à un déjeuner avec Karim Zenati (son ami d'enfance). Une personne est venue me remettre un coussin Louis Vuitton et m’a parlé d’une vidéo sur Mathieu Valbuena (…) Non, je ne la connaissais pas (cette personne) (…) Il m’offre le coussin, il s’assoit, il me dit bonjour, mais je ne l’écoutais pas, car je ne le connais pas. Il dit qu’il existe une vidéo sur Mathieu Valbuena, une vidéo chaude. (…) Je ne l’ai pas invité, il est venu de lui-même, il connaît Karim (Zenati). Ensuite, je n’ai pas eu d’autres contacts avec cette personne, c’est la seule fois où je l’ai vue. »

Sa discussion avec Mathieu Valbuena

 A la demande de la juge, Benzema est revenu sur sa fameuse discussion avec Valbuena à Clairefontaine. Peu avant France-Arménie (le 8 octobre dernier) : « Après le repas, je l’ai vu dans ma chambre. On n’était que tous les deux. J’ai commencé à lui parler de cette vidéo qu’il y avait sur lui, je lui ai dit qu’il s’agissait d’une vidéo « chaude » (…) Il m’a posé des questions. Je lui ai dit que tout dépendait de lui et que c’était à lui de décider. Je lui ai dit qu’il y avait quelqu’un qui pouvait voir avec lui et essayer de l’aider aussi. C’est M. Zenati (…) Au début, je l’ai senti gêné, très gêné. Il m’a demandé ce qu’ils voulaient. Je lui ai dit que je ne savais pas, que ce n’était que d’une aide dont je lui parlais et de rien d’autre (...) Il était déjà au courant de l’histoire. »

La vidéo de la sextape

Au cours de ses déclarations, le joueur du Real Madrid a affirmé ne pas avoir vu la vidéo, contrairement à ce qu'il a fait croire à Valbuena : « La vidéo, je ne l’ai pas vue. Comme Karim ( Zenati) m’a dit que c’était une vidéo sérieuse, c’est ce que j’ai dit à Mathieu. Je me suis fait un film par rapport à ce que m’avait dit Karim, parce que je lui fais confiance et qu’il est mon meilleur ami »

Ses moqueries au téléphone

Peu après son entrevue avec Valbuena à Clairefontaine, Karim Benzema a eu une conversation téléphonique avec Karim Zenati au cours de laquelle il s'est ouvertement moqué de son partenaire chez les Bleus : « Au téléphone, on a abusé, je m’en veux de parler de cette manière, parce que c’est pas bien (…) Je suis vraiment déçu de l’ampleur de cette histoire, parce que chantage, des trucs comme ça, franchement c’est grave. Quand j’en ai parlé au téléphone, on rigolait, on n’a pas pris l’ampleur du truc, ça me retombe dessus une nouvelle fois. Franchement, j’ai la haine. »

Le fait qu’il qualifie Valbuena de « tarlouze »

La juge a demandé à Benzema de s'expliquer sur le fait d'avoir qualifié Valbuena de "tarlouze" dans une conversation téléphonique : « Je n’étais pas inquiet, mais énervé plutôt. Maintenant, j’ai une famille, je deviens fou quand on invente des histoires. Je me suis dit qu’il (Valbuena) était allé me dénoncer à la police, alors que j’étais allé le voir. Après, « tarlouze », on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical. »

L’avocat de Benzema : « On marche sur la tête »

Comme il l’avait déjà annoncé en fin de semaine dernière sur RMC, Alain Jakubowicz, l’avocat de Karim Benzema, a fait savoir que l’attaquant des Bleus allait porter plainte pour « viol du secret de l’instruction ». « Laissons la justice faire son œuvre, je n'ai jamais vu cela, les bras m'en tombent, c'est absolument stupéfiant, a-t-il réagi sur RTL. Est-ce que vous réalisez qu'un procès-verbal intégral, avec les questions et les réponses, est dans le journal ? (…) Il faut revenir à des justes proportions. Ça suffit arrêtons cet acharnement, arrêtons de présenter cet homme comme un voyou ».

dossier :

Karim Benzema

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur