RMC Sport

Allemagne: le père d’Özil lui conseille de quitter la sélection

Fortement critiqué après l’élimination de l’équipe d’Allemagne en phase de poules de la Coupe du monde, Mesut Özil devrait quitter la sélection lui conseille son père, interrogé par Bild. Ce dernier déplore que son fils soit devenu un bouc émissaire.

Mustapha Özil n’est pas content. Et le père de Mesut ne s’est pas caché pour le faire savoir. Interrogé par Bild, ce dernier n’a pas supporté que son fils soit constamment critiqué en sélection et encore plus après l’élimination de la Mannschaft, dès le premier tour de la Coupe du monde. "Quand on perd, on perd à cause d'Özil? Il se fait maintenant siffler, il est devenu un bouc émissaire. Je peux comprendre qu'il se sente insulté, a-t-il confié. Si j'étais à sa place, je dirais ‘merci beaucoup, mais ça suffit !'"

"La blessure est trop grande"

Pointu du doigt, fortement critiqué par le public allemand, Mesut Özil est dans le dur, en raison d’une photo prise avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Ce cliché, accepté par "politesse" selon son père, a fait couler beaucoup d’encre et a remis en cause la loyauté d’Özil vis-à-vis de la sélection allemande, championne du monde en titre et éliminée au 1er tour de la Coupe du monde en Russie. La sortie du manager général de la Mannschaft, Oliver Bierhoff, qui estime qu’en raison de cette polémique, un renvoi de Mesut Özil avant la Coupe du monde aurait pu être envisagé.

"Cette déclaration est une insulte. A mon avis, elle a pour but de sauver sa propre peau", assure Mustapha Özil, qui poursuit: "Il ne veut plus s'expliquer, il ne veut plus avoir à se défendre tout le temps. Ça fait neuf ans qu'il joue pour la sélection allemande (...) et il est même devenu champion du monde avec elle. Il a beaucoup aidé son pays. Et ça a toujours été: ‘si on gagne, on gagne ensemble’. La blessure est trop grande. Qui sait ce qu'il se passera au prochain match? A la place de Mesut, je me retirerais. Mais ce n'est que mon opinion", conclut le père. Reste à savoir ce que décidera de faire son fils, désormais.

A.D avec AFP