RMC Sport

Arabie saoudite: selon Renard, les propos de Macron ont "mis en difficulté" les Français à l’étranger

Dans un entretien accordé à Europe 1, Hervé Renard a évoqué les conséquences indirectes des propos d'Emmanuel Macron sur les caricatures en octobre dernier.  Le sélectionneur de l'Arabie saoudite parle notamment de certains amalgames faits par les populations locales concernant le discours "ferme" du président français, qui a défendu la liberté d'expression.

Sport et géopolitique entretiennent des liens étroits. Preuve en est avec les déclarations d'Emmanuel Macron début octobre, pour la présentation de son projet de lutte contre le "séparatisme islamiste", et sa réaffirmation du droit de caricature et de la liberté d'expression après l'assassinat de Samuel Paty.

"Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins", avait notamment affirmé le président de la République, lors de la cérémonie d'hommage au professeur, décapité pour avoir montré à ses élèves les caricatures publiées par Charlie Hebdo, représentant notamment le prophète Mahomet. Un ton ferme qui a déplu dans une partie du monde musulman, par exemple en Turquie ou au Koweit. 

"Il faut assumer cette situation"

En Arabie saoudite aussi, les propos du chef de l'Etat français ont déplu. C'est ce que ressent le Français Hervé Renard, sélectionneur de l'Arabie saoudite depuis un an et qui a confié sur Europe 1 l'écho qu'avaient pu avoir les déclarations d'Emmanuel Macron. 

"Bien sûr que cela met mal à l'aise les Français qui sont à l'étranger, raconte l'ancien coach de Sochaux ou Lille. Je ne fais pas de politique, mais je pense qu'il y a des propos qu'on peut communiquer d'une façon un peu différente, en étant peut-être ferme mais... Donc ça nous a mis en difficulté. Mais il faut assumer cette situation. On est français, donc on le fait et puis on assume. Mais c'est sûr que ce n'est pas un point positif."

"On met un petit peu d'huile sur le feu"

"Il y a un amalgame qui est fait par des gens dont l'intention est de faire cet amalgame, précise Hervé Renard. 98% des gens vont être un peu surpris des propos mais ne vont peut-être pas réagir de façon manifeste, mais il y aura toujours une minorité... Vous connaissez le contexte mondial actuel. On va dire, si on veut résumer, qu'on met un petit peu d'huile sur le feu. Et l'huile sur le feu fait que ça s'embrase dans certains endroits."

L'ancien sélectionneur du Maroc assure ne pas avoir de sécurité supplémentaire. "On fait confiance, il n'y a pas de problème, on ne va pas tomber dans le psychodrame. Je suis très bien où je suis", ajoute Hervé Renard. Lequel dit percevoir des progrès sur place en matière de "libertés". "Il faut laisser le temps au temps mais cela prend le bon chemin", considère-t-il, sans enjoliver le tableau. 

A.Bo