RMC Sport

Benzema entendu comme témoin dans une affaire de blanchiment

Libération révèle que Karim Benzema a été entendu comme témoin dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « blanchiment en bande organisée » et « blanchiment de trafic de stupéfiants ».

Après l’affaire de chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena, pour laquelle il est toujours mis en examen, Karim Benzema est encore cité dans une nouvelle affaire judiciaire. Libération révèle, dans son édition à paraître ce vendredi et dont le titre de Une est « Benzema, nouvelle embrouille », que l’attaquant du Real Madrid a été entendu comme témoin dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 17 septembre dernier pour « blanchiment en bande organisée» et « blanchiment de trafic de stupéfiants ». 

« Karim a perdu beaucoup d’argent »

« Karim s’est fait avoir, indique son entourage à Libération. Il a perdu beaucoup d’argent dans cette histoire. » Les enquêteurs du Service national de douanes judiciaires (SNDJ) seraient remontés jusqu’à Benzema grâce à des écoutes téléphoniques. La société BH Event’s, dont Benzema est l’actionnaire principal, serait particulièrement visée. Mais selon l’article de Libération, « le juge Van Ruymbeke semble à ce stade écarter une responsabilité directe du footballeur ».

Une passe d’armes avec Valls il y a deux jours

Il y a deux jours, Manuel Valls avait évoqué le cas de Karim Benzema au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC : « C'est au sélectionneur de constituer la meilleure équipe possible. Mais je pense que les conditions ne sont pas réunies pour que Karim Benzema revienne en équipe de France, il est toujours mis en examen et on sent bien qu’il y a eu quelque chose. » Une sortie à laquelle Benzema avait répondu sur Twitter : « 12 saisons que je suis professionnel : 541 matchs joués, 0 carton rouge, 11 cartons jaunes !!! Et certains parlent de mon exemplarité ??? ».

Déclaré « non-sélectionnable » par Le Graët

En faisant une nouvelle fois son apparition dans une affaire judiciaire, et même s’il n’a été entendu que comme témoin, Benzema complique donc encore un peu plus son éventuel retour en équipe de France, à moins de trois mois de l’Euro. Depuis sa mise en examen le 5 novembre 2015, il n’a pas été appelé par Didier Deschamps pour les matches amicaux. Il a été déclaré « non-sélectionnable » par la FFF, le 10 décembre, tant que sa situation judiciaire n’évoluerait pas. Noël Le Graët a récemment indiqué qu’il allait rencontre Benzema et Valbuena, peut-être au mois d’avril, avant de décider si l’ancien Lyonnais était de nouveau sélectionnable. Vu le contexte, le président de la FFF aura encore plus de choses à dire à son attaquant.

dossier :

Karim Benzema