RMC Sport

Ces actions où l'utilisation de la vidéo est vraiment litigieuse

-

- - -

Après un premier test en France particulièrement remarqué, le débat sur la vidéo fait rage, avec des très pour et des très contre, et toujours quelques mitigés. Voici un peu de grain à moudre pour alimenter vos débats (mauvaise foi autorisée).

Et sur un hors-jeu douteux qui va amener une énorme occasion, on fait comment?

Imaginons que la vidéo vient de valider un but comme celui de Deulofeu, d'abord refusé pour hors-jeu. Le score est de 1-0. Et en fin de rencontre, l'équipe adverse part en contre-attaque. Un joueur est lancé côté gauche à la limite du hors-jeu, et s'apprête à repiquer au centre pour jouer un deux contre zéro. Sauf que le drapeau s'est levé, que l'arbitre a sifflé, et que l'action n'a pu aller au bout. Pas de vidéo donc, alors que l'action est aussi décisive que celle de l'ouverture du score. INJUSTICE!

Solution éventuelle : les arbitres vont devoir éviter de lever le drapeau en cas de doute. Problème: s'il y a bien hors-jeu, cela fait perdre deux bonnes minutes pour rien, ce qui sera forcément de plus en plus fréquent si les arbitres ont les consignes d'être frileux en cas d'hésitation.

>> Et les Bleus, ils en pensent quoi de la vidéo? "Chiant" pour Griezmann, "utile" pour Bakayoko

Que ce serait-il passé si Deulofeu n'avait pas tiré?

Restons sur le magnifique but signé Deulofeu. Vous avez bien l'action en tête? Sinon, regardez le gif ci-dessus. Sur un centre d'Alba, l'Espagnol a repris à une touche pour crucifier Lloris, avant de voir le drapeau levé. Envisageons qu'il n'ait pas tiré, mais qu'il ait choisi de crocheter, laissant Lloris au sol, avec tout son temps pour finir dans le but vide. Ce qui aurait laissé le temps à l'arbitre de siffler avant la frappe. Ne voulant pas prendre de jaune, Deulofeu n'aurait évidemment pas frappé. Et la vidéo n'aurait donc pas pu être utilisée. INJUSTICE!

Solution éventuelle: l'arbitre doit attendre un peu avant de siffler. Problème: toujours le même, on perd encore du temps.

>> Après France-Espagne, nos trois pistes pour améliorer la vidéo

S'il y a une petite faute au milieu de terrain avant un but?

Prenons à nouveau le but de Deulofeu en exemple, en imaginant une petite faute en amont. Le juge de touche a levé son drapeau, suivi par l'arbitre central, qui a tout de même un doute et fait appel à la vidéo. Le ralenti est formel, le hors-jeu est inexistant. Sauf qu'on départ de l'action, il y a une faute, de celles qu'on laisse souvent passer à vitesse réelle. Le ralenti est tout aussi formel, sauf que la vidéo ne remonte pas jusque-là. INJUSTICE!

Solution éventuelle : sur un but, la vidéo devrait pouvoir porter sur l'ensemble de l'action. Problème : si l'action dure trois minutes et qu'une touche n'a pas été donnée au départ, on est bien embêtés.

>> France-Espagne: la star, c'est la vidéo ! Un but refusé pour les Bleus, un but validé pour la Roja

Sur un penalty très ambigu, qui tranche?

Vous avez tous déjà regardé un match entre amis, avec des avis divergents sur un penalty sifflé. Alors les deux loustics dans leur camion qui vont devoir trancher ne sont pas à l'abri non plus d'avaler leur pizza de travers en essayant de trancher.

Solution éventuelle: c'était le cas contre l'Espagne, l'arbitre central a lui aussi un écran à disposition, à la sortie du tunnel. Problème: c'est looooong.

>> L'After fait le bilan de l'arbitrage vidéo

A.T.