RMC Sport

Des supporters d’Angers bloqués quatre heures dans "le train de la loose"

-

- - AFP

Quelques heures après la défaite de leur équipe samedi soir face au PSG en finale de la Coupe de France (1-0), environ 800 supporters angevins sont restés bloqués près de 4 heures dans leur train à Sablé-sur-Sarthe en raison d'un problème mécanique.

Ces prochaines semaines, les fans d’Angers tenteront de digérer ce week-end de finale de Coupe de France et la cruelle défaite contre le PSG dans les dernières secondes (1-0). Mais pour certains, ce ne sera pas chose aisée. Car même après le but contre son camp d’Issa Cissokho, une partie des supporters du SCO n’était pas au bout de ses peines. Environ 800 fans angevins (et non 1 200 comme indiqué précédemment, correction faite par la SNCF) sont ainsi restés bloqués près de 4 heures dans leur train à Sablé-sur-Sarthe en raison d'un problème mécanique.

A lire aussi >> L’entêtement de Di Maria, les jambes de Pépé, l’épaule de Cissoko: les notes d'Angers-PSG

"Un problème de traction"

A l'issue du match, les supporters ont gagné un TGV duplex spécialement affrété pour rentrer chez eux. A 1h17, le train a quitté la gare Montparnasse, mais peu après 3 heures, le conducteur a signalé "un problème de traction", causé par un problème électrique.

Par précaution, a expliqué la SNCF, le train s'est arrêté vers 3h30 en gare de Sablé (Sarthe), afin que les passagers puissent éventuellement sortir et se dégourdir les jambes.

"On l’a surnommé le train de la loose"

"Après la défaite, ça fait beaucoup. Avec les copains dans notre wagon, on l'a surnommé « le train de la loose »", plaisante Christophe Guicheteau, l'un des supporters bloqués depuis 3 heures.

100 croissants à la boulangerie

"On est descendu trouver une boulangerie à Sablé et on lui a pris 100 croissants", raconte encore le passager.

La réparation ayant échoué, la SNCF a finalement décidé d'inverser les deux TGV et de placer en queue la machine de tête défaillante. La manœuvre s'est achevée peu avant 7 heures et le train est reparti à 6h50.

"C'est InOui!'

"On vient de repartir. Ce qui vient de nous arriver, c'est InOui!", s'est agacé Christophe Guicheteau, en référence au nouveau nom donné aux TGV par la SNCF.

A lire aussi >> Matuidi: "Peut-être que c’était mon dernier match avec le PSG"

JBi avec AFP