RMC Sport

Coupe du monde: chants, Marseillaise, parade et garden-party, la folle journée de communion des Bleus

Arrivés à Paris à 16h43 ce lundi, les joueurs de l'équipe de France ont ensuite entamé une fin de journée marathon, qui les aura vus, du tarmac de l'aéroport de Roissy au Palais de l'Elysée, communier leur joie et leur titre de champions du monde au plus grand nombre.

Ils étaient attendus. Et ils se sont fait attendre. Alors que les Champs-Elysées affichaient complet depuis 14 heures, les Bleus, dont l'arrivée à l'aéroport de Roissy était prévue à 16h, n'ont atterri finalement qu'à 16h43. Ce n'est qu'un gros quart d'heure plus tard qu'ils sont sortis de l'avion, accueillis par la ministre des Sports Laura Flessel, ainsi que toute une délégation d'employés de Paris-Aéroport, après que les pompiers du groupe n'aient, au préalable, arroser le Boeing - drapeau français dépassant du cockpit à l'initiative du commandant de bord - qui leur avait été affrété au moment de son atterrissage. Le marathon-communion pouvait commencer.

Il a d'abord été marqué, après un premier défilé sur un tapis rouge, par une montée sur un petit podium et une séquence de danse que les Bleus ont initié tous ensemble. Puis place au premier moment phare de la fin de journée. Après s'être changé et avoir enfilé leur costume en prévision de leur réception à l'Elysée, les Bleus ont pris un premier bus... avant d'en rejoindre un autre, à impériale celui-là, et d'enfiler un tee-shirt spécial pour l'occasion: "Champions du monde" sur la poitrine, avec deux étoiles, évidemment, juste au-dessus.

Une parade un peu trop courte sur les Champs-Elysées

C'est flanqué de ce qui devrait être dans les heures à venir un produit collector et l'écharpe qui lui était assorti, que les champions du monde 2018 ont dévalé l'avenue des Champs-Elysées. C'est peut-être l'un des moments les plus frustrants pour le public français: venu en nombre, il n'a pas pu, fumigènes oblige, profiter pleinement de ses nouveaux héros, qui en moins de vingt minutes avait paradé sous leurs yeux. Le défilé a été court, compte-tenu des heures d'attente de ce public qui restera ensuite à faire la fête sur place. 

L'équipe de France a ensuite rejoint l'Elysée pour la garden-party dont elle était la principale attraction. Elle n'a pas déçu. Après les photos d'usage sur le perron du Palais, les Bleus ont entamé plusieurs chants, dont une Marseillaise à l'unisson qui fera date. Derrière? Ils sont allés à la rencontre de leur public et ont confié les clés de l'animation, après un discours du président de la République Emmanuel Macron, à Paul Pogba et Benjamin Mendy. L'occasion de rendre hommage au L d'Antoine Griezmann, cette fameuse lettre que le buteur de l'Atlético mime sur son front en référence au jeu vidéo Fortnite. Ou encore au discret N'Golo Kanté, tout gêné de voir les 3 000 invités reprendre son chant en choeur, un chant sur les airs des... "Champs-Elysées".

Deschamps ivre de bonheur 

Encadrés par un Didier Deschamps hilare et ivre de bonheur, les Bleus ont ensuite profité de la garden-party. Sans manquer, de temps en temps, de venir saluer leur public à une des fenêtres de l'Elysée... avant une deuxième partie de soirée en ordre dispersé, sans apparition publique malgré les milliers de personnes qui les attendaient en bas de l'hôtel du Crillon. 

A.D