RMC Sport

Coupe du monde : les Bleues au pied de la face nord

Les Bleues à l'échauffement

Les Bleues à l'échauffement - AFP

Qualifiées pour les 8es de finale de la Coupe du monde grâce à leur large victoire sur le Mexique (5-0), les Bleues affronteront dimanche la Corée du Sud (22h, hf). Avant un plateau aussi copieux que vertigineux, avec l’Allemagne, la Suède et les Etats-Unis comme possibles adversaires.

Ok, le statut de favorites n’a pas toujours servi les Bleues au Canada. Ok, la France était donnée largement gagnante face à la Colombie et même si elle a dominé ce match de la tête et des épaules, elle a tout de même été battue (0-2). Mais une joueuse avertie en vaut deux. Si les Sud-Coréennes, que les Françaises retrouveront dimanche à Montréal à 22h (heure française), ne sont pas des foudres de guerre, ni des candidates déclarées à la victoire finale, ne comptez pas sur les filles de Philippe Bergeroo pour les prendre de haut. « Il faut que ce match contre la Colombie nous serve et que cette rencontre contre le Mexique (5-0) nous remette dans le bain » martèle Laura Georges.

L’intéressée, du haut de ses 10 matchs de Coupe du monde, connait un peu le 18e du classement FIFA, qualifié pour la première fois de son histoire les phases finales d’un Mondial. Elle a surtout déjà battu les Sud-Coréennes, en 2003, en phase de poules (1-0). « Je pense que ça a bien évolué, insiste la défenseuse des Bleues. Je n’ai plus trop de souvenirs de cette équipe. Mais du peu de choses que j’ai pu voir de cette équipe, c’est un jeu avec énormément de mouvements. Ce sera un gros match. »

Lavogez : « On peut vraiment faire quelque chose contre les grosses équipes »

Un amuse-gueule ou une répétition générale, c’est selon, avant le plat de résistance. Qui s’annonce relevé, épicé, copieux. En cas de qualification en quarts, les Bleues croiseraient la route de l’Allemagne ou de la Suède. Et en demies, ce sont les Etats-Unis qui se dressent potentiellement devant elles. Vous avez dit vertigineux ? « Ce n’est pas le tableau le plus aisé, reconnait Laura Georges. Mais en même temps, on est dans une Coupe du monde. Il faut passer contre les grosses équipes. On sait que dans cette partie de tableau, il y a l’Allemagne, la Suède et les Etats-Unis. »

Pas le choix, donc. Après la Corée, il faudra « charbonner ». « Si on veut être championnes du monde, il va falloir battre toutes les équipes, même les meilleures, rappelle la jeune milieu de terrain Claire Lavogez (21 ans). Ce n’est pas en battant les petites équipes que l’on va être championnes du monde. C’est un défi. Si on arrive à aller en quarts de finale, ce seront de très belles affiches. C’est excitant. Pour nous, les Allemandes, les Américaines, ça reste le top du football mondial. A nous de jouer notre jeu. Je pense qu’on peut vraiment faire quelque chose contre ces grosses équipes. On verra bien comment ça se passera. » A condition de faire les choses dans l’ordre. Et de battre la Corée d’abord.

A.D avec J.S