RMC Sport

Equipe de France: Diacre dément les tensions avec Renard

Corinne Diacre a démenti les tensions avec Wendie Renard, à qui elle a retiré le brassard de capitaine de l’équipe de France lors de sa prise de commande en 2017. A la veille du quart de finale France-USA au Parc des Princes (vendredi 21h), la sélectionneure a plutôt vanté les mérites de la Lyonnaise.

Corinne Diacre ne veut surtout pas d’incendie. Et encore moins sur des sujets qui ne datent pas d’hier. Invitée, une nouvelle fois, à commenter sa relation avec Wendie Renard, pour rappel destituée, au profit d'Amandine Henry, du brassard de capitaine qu’elle portait depuis 2013 à sa prise de fonction, la Charentaise n’a pas souhaité remettre de l’eau sur le feu. Ironique après le but contre-son-camp de la Lyonnaise contre la Norvège, Diacre a cette-fois loué le rôle de la Martiniquaise, ce jeudi, en conférence de presse de présentation du match France-USA.

"Nous ne sommes pas toujours d'accord sur tout"

>> cliquez-ici pour tout comprendre de la relation tendue Renard-Diacre.

"Je pense que la question du capitanat a été balayée il y a fort longtemps", entame Diacre, qui avait retiré le brassard à Renard (28 ans) pour "qu’elle se recentre sur ses performances". "Wendie fait partie du groupe, on a beaucoup échangé, nous ne sommes pas toujours d'accord sur tout, mais ça fait partie du groupe", rappelle-t-elle.

"Wendie est complètement concentrée sur le jeu, sur le groupe. Elle est là, très sincèrement elle fait ses matchs même si elle a eu cette malchance de marquer contre son camp… Et (presque) de vanter. "C'est quelqu'un de très compétiteur et qui est important pour le groupe. Elle a des capacités athlétiques qui nous servent beaucoup et elle le met au service du groupe, c'est intéressant. C'est elle qui nous commande la défense..."

Aucune conférence de presse commune 

Parfois pointée du doigt pour son intransigeance face aux médias, Corinne Diacre possède aussi une image de patronne, dure et sévère auprès de ses joueuses, comme l’attestent sa sanction à l’encontre de Valérie Gauvin en début de Coupe du monde ou encore la non-sélection de Marie-Antoinette Katoto. Sa relation avec Wendie Renard, 113 sélections avec le maillot frappé du Coq, ne semble pas plus idyllique que par le passé.

Pour preuve, elles n’ont jamais figuré ensemble en salle de conférence de presse depuis le début du tournoi. Mais les deux femmes ne manquent pas de se saluer après les rencontres et savent qu’elles sont dépendantes l’une de l’autre pour atteindre la finale de cette Coupe du monde en France, l’objectif minimum fixé par Noël Le Graët. Cela passera forcément par un succès contre les USA, vendredi, au Parc des Princes (21h).

PL avec AR et TH