RMC Sport

Maroc: Ziyech, la fédération, son limogeage avant le Mondial... les vérités de Vahid Halilhodzic

Dans un entretien pour So Foot, Vahid Halilhodzic partage sa frustration d'avoir été limogé par le Maroc à trois mois de la Coupe du monde 2022. L'entraîneur franco-bosnien était convaincu de pouvoir accomplir un beau tournoi sans certains éléments comme Hakim Ziyech.

Pour la troisième fois de sa carrière, Vahid Halilhodzic est privé de Coupe du monde après avoir obtenu la qualification. Débarqué en août dernier par le Maroc qui lui a préféré Walid Regragui, l'entraîneur franco-bosnien s'est confié dans une interview dévoilée mardi par So Foot et réalisée avant le début du tournoi. "Au lieu d'être au Qatar, je suis ici (à Saint-Germain-en-Laye, lieu de l'entretien) sous la pluie", déplore-t-il.

>> Coupe du monde 2022: les infos EN DIRECT

"Là, c'est sûr, je sentais qu'avec l'équipe du Maroc que j'avais construite, on pouvait faire quelque chose à la Coupe du monde. J'aurais aimé terminer ma carrière sur une Coupe du monde réussie et dire ça suffit. (...) Je suis arrivé au Maroc une semaine après avoir quitté Nantes, où je touchais un salaire trois fois plus important. Tous ces sacrifices familiaux et même financiers, pour finalement être privé de tournoi, c’est dur", regrette l'ancien coach des Canaris, qui ne s'est pas privé d'enchaîner les tacles glissés sur ceux qu'il désigne responsables de son éviction.

"Il fallait être là quand on est allé à Kinshasa ou en Guinée pendant le putsch militaire"

"[La fédération] voulait que je prenne 3-4 joueurs, alors que l'équipe avait obtenu des résultats sans eux", s'indigne Vahid Halilhodzic, à qui il avait été solennellement demandé de convoquer Hakim Ziyech. "Certains refusaient de jouer pour le Maroc parce qu'ils avaient des entourages qui préféraient qu'ils jouent pour l'Espagne, l'Italie ou la France. Et après, ils changent d'avis quand il y a une Coupe du monde! Mais il fallait être là quand on est allé à Kinshasa ou en Guinée pendant le putsch militaire", objecte-t-il. Les journalistes marocains en prennent aussi pour leur grade: "Un jour, je me suis levé et j'ai dit : «Je vous déteste. Je suis chez vous et je vous le dis en face». Devant 200 personnes. Ils avaient écrit quelque chose sur ma famille".

Mais en fin de compte, le désamour s'était aussi propagé parmi les supporters: "Au Maroc, où dans certains stades, ils m'ont sifflé parce que je n'appelais pas Ziyech ou que j’avais entraîné le Raja (Casablanca de 1997 à 1998, ndlr). Mais c'était organisé".

Avec les Lions de l'Atlas, Vahid Halilhodzic compte 20 victoires et seulement 3 défaites en 30 matchs, dont une en quart de finale de la Coupe d'Afrique des nations 2021. C'est lui, par exemple, qui a fait débuter Azzedine Ounahi sur la scène internationale. "J'ai renouvelé 80% de l'équipe", souligne Coach Vahid, qui malgré son investissement colossal dans cette équipe nationale marocaine a choisi de supporter la France au Mondial.

JA