RMC Sport

Platini pousse pour retirer la Coupe du monde au Qatar "s’il y a eu corruption"

Placé en garde à vue en juin 2019 dans le cadre de l’enquête pour corruption sur l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, Michel Platini est revenu sur ce dossier pour Le Monde. L'ancien président de l'UEFA, qui assure ne pas avoir été influencé ni soudoyé, estime que l'organisation du Mondial doit être retirée au pays du Moyen-Orient si des faits de corruption sont prouvés.

Michel Platini a soufflé ce dimanche sa 65e bougie, et il a probablement vécu un anniversaire plus calme que le précédent. En juin 2019, l'ancien président de l'UEFA avait dû passer quelques heures en garde à vue à Nanterre, dans le cadre de l'enquête ordonnée par le Parquet national financier (PNF) sur les conditions de l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

A l'époque, l'ex-star du football français avait été interrogée sur un déjeuner de novembre 2010 à l’Elysée où étaient notamment présents Nicolas Sarkozy et... le futur émir du Qatar. D'où des soupçons de corruption. Un an plus tard, Platini est revenu sur cette affaire dans une interview au Monde. S'il répète au sujet du déjeuner ne pas avoir été au courant de la présence des Qataris, et s'il assure ne pas avoir été influencé, ni soudoyé ("Je n’ai pas besoin de l’argent du Qatar, j’ai été l’un des meilleurs joueurs du monde, j’en ai gagné, de l’argent"), l'ancien dirigeant assume en revanche avoir voté pour la candidature pilotée par Doha. Mais pour des raisons bien à lui.

"Je voulais que cette Coupe du monde se joue dans tous les pays du Golfe et pas uniquement au Qatar"

"Ce qui m'a convaincu de voter pour le Qatar? Moi, répond Platini. C’est vrai que, sur la carte, Angleterre et Etats-Unis, c’était bien au départ. Et après j’ai changé (d’avis). Les Etats-Unis l’avaient eue (l’édition 1994), les Anglais aussi (en 1966). La Russie ne l’avait jamais eue. Je suis pour l’expansion, le développement du football. Qu’un pays arabo-musulman ait la Coupe du monde, c’était mieux que de la redonner à d’autres. Je voulais que cette Coupe du monde se joue dans tous les pays du Golfe et pas uniquement au Qatar; si j’étais resté à la Fifa, je l’aurais peut-être obtenu. Je voulais que ça se joue à Dubaï, à Abou Dhabi. Que ce soit le Golfe."

Et que pense-t-il désormais des polémiques entourant le Mondial 2022, comme les décès de nombreux ouvriers sur les chantiers des stades? "Quand tu votes, tu ne sais pas qu’il va y avoir des morts sur les chantiers, se défend Platini. J’ai voté pour un pays arabe car cela faisait plusieurs fois qu’ils perdaient. Ils méritaient de l’avoir. Quand tu votes, tu fais un choix, selon tes convictions profondes."

"Je dis pour qui je vote, et j’en prends plein la gueule…"

Mais rien n'empêche ce choix, selon le triple Ballon d'or, d'être revu a posteriori en cas de problème grave, et avéré. "La seule chose que j’ai dite, c’est que s’il y a eu corruption, il faudra enlever la Coupe du monde au Qatar, poursuit-il. Ce serait de la responsabilité de la Fifa."

Et de conclure sa défense: "J’avais voté Maroc pour le Mondial 2006 et l’avais dit à Chirac. J’ai perdu. J’avais voté l’Italie pour l’Euro 2012 et j’ai perdu. J’ai toujours dit pour qui je votais. Vous voulez de la transparence les journalistes? Je dis pour qui je vote, et j’en prends plein la gueule…"

CC