RMC Sport

Portugal-Suisse: le sélectionneur helvète révèle que plusieurs de ses joueurs étaient malades

Après la gifle reçue par son équipe contre le Portugal ce mardi soir en 8e de finale de la Coupe du monde (6-1), Murat Yakin, sélectionneur de la Nati, a révélé que plusieurs joueurs suisses étaient malades. De quoi expliquer, au moins en partie, ce match à sens unique ?

Murat Yakin ne se sert pas de cette raison pour excuser son équipe après la grosse gifle reçue contre le Portugal. Mais les révélations faites par le sélectionneur de la Suisse peuvent en partie expliquer le non-match de la Nati. Interrogé en conférence de presse sur l’absence de Silvan Widmer en défense, le coach helvète a confié que plusieurs de ses joueurs étaient souffrants ce mardi soir contre le Portugal (6-1).

>> Revivez Portugal-Suisse (6-1)

"Il (Widmer) a pu s'entraîner hier (lundi) mais il a commencé à avoir de la fièvre cette nuit. Malheureusement, il était trop malade pour jouer. Fabian Schär n'avait pas la force non plus, pendant le match. On n'a donc pas pu jouer avec toutes nos forces. (Nico) Elvedi est malade depuis quatre jours. Il a, lui aussi, de la fièvre. Schär n'était pas à 100% non plus face à la pression physique de notre adversaire."

"Le Portugal était bien plus fort que nous"

"Je suis convaincu que j'ai fait les bons choix dans cette Coupe du monde et que ce n'est pas une question de système mais d'adversaire, a tenu à préciser Murat Yakin. Le Portugal était bien plus fort que nous et il avait bien anticipé ce qu'on voulait faire. Au final, on a beaucoup couru, pour pas grand-chose."

Quart de finaliste du dernier Euro après une victoire contre la France en 8e de finale (3-3, 5 tab à 4), la Nati n’a pas réussi à rééditer la performance réalisée lors de l’été 2021 face aux Bleus. Ce mardi soir, la sélection helvète a été complètement dépassée par une impressionnante Seleçao. Sans Cristiano Ronaldo, sur le banc au coup d’envoi et entré en jeu à la 74e minute quand le score était de 5-1, les Portugais ont notamment été portés par un Gonçalo Ramos époustouflant, auteur du premier triplé de ce Mondial qatari.

F.Ga