RMC Sport

En vidéo, "Le Vestaire": Patrice Loko raconte "son pétage de plomb" lors de sa fameuse garde à vue

En juillet 1995, Patrice Loko qui vient d’arriver au PSG, débarque aussi dans la rubrique fait divers pour s’être agité devant une boîte de nuit des Champs-Elysées avant de faire l’objet d’une plainte pour exhibitionnisme en garde à vue. Dans l’émission « Le Vestiaire » diffusée vendredi soir sur SFR Sport 1, l’ancien international français revient sur cette fameuse nuit.

Sur le CV de Patrice Loko, on retrouve son titre de meilleur buteur avec Nantes en 1995, la victoire en Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe avec le PSG en 1996 ou encore ses 8 buts en 26 sélections avec les Bleus mais aussi cette fameuse nuit de juillet 1995. Tout juste arrivé dans le club de la capitale, l’attaquant international de 25 ans, victime de dépression, pète les plombs devant une boîte de nuit des Champs-Elysées, puis en garde à vue. Dans l’émission « Le Vestiaire » diffusée ce vendredi sur SFR Sport 1, Loko raconte.

A lire aussi >> Nantes: les anciens Canaris critiquent l’évolution du club

« Je ne suis jamais rentré dans cette boîte »

« On a beaucoup parlé et écrit sur cette histoire. Les journalistes ont sali ma famille. Ils n’ont écrit que des conneries. Tout le monde a dit que j’étais rentré dans cette boîte de nuit, que je m’étais drogué, que j’avais bu de l’alcool et que j’avais pété les plombs. En fait, la vérité c’est que je ne suis jamais rentré dans cette boîte. »

« Je ne m’en prenais à personne »

« Je suis arrivé en voiture devant. Le videur savait que je n’étais pas bien et le voiturier n’est pas venu chercher la voiture. J’étais énervé. J’ai commencé à taper sur ma voiture, dans les jantes, la porte. Je ne m’en prenais à personne, juste à ma voiture. Peut-être aussi dans celle de quelqu’un devant qui ne voulait pas se pousser. »

« Les policiers venaient me chambrer »

« Ils ont appelé la police qui m’a embarqué. Je n’étais pas drogué. Je n’avais pas bu d’alcool. J’étais énervé, en dépression. On a beaucoup parlé sur cette garde à vue. Les gens ont dit que j’avais montré mon sexe à une policière. C’est vrai. Mais je vais vous raconter la scène. J’étais enfermé dans une cellule tout seul. Toutes les cinq minutes, des policiers passaient me voir et me chambrer. »

« J’ai baissé mon pantalon »

« J’étais énervé, je n’avais pas mangé, je n’avais pas bu. Une femme a fait pareil. Elle m’a nargué plus que les autres. J’ai baissé mon pantalon. Ça a duré deux secondes. Elle a porté plainte. »

« Je prends encore des médicaments »

« Voilà, j’ai pété les plombs. Aujourd’hui encore je prends des médicaments pour calmer l’humeur et je vois un psychiatre tous les trois, quatre mois. Ça suit son cours et je n’ai plus de problème. J’ai en moi une maladie qui fait que je dois être suivi. »

A lire aussi >> En vidéo, « Le Vestaire »: Jérôme Rothen imite les discours interminables de Vahid Halilhodzic

A lire aussi >> En vidéo, « Le Vestaire »: Quand Gallas raconte que Nasri voulait le taser

A lire aussi >> PSG-Nantes : attention, Ben Arfa a une chance d’être titulaire !

JBi