RMC Sport

Arménie-France : ces Bleus ont de la réserve

-

- - AFP

L’équipe de France s’est facilement imposée face à l’Arménie (3-0), ce mardi à Erevan. Un match amical qui a permis à Didier Deschamps de tester la profondeur de son banc. Certains en ont profité pour marquer des points. A l’image d’André-Pierre Gignac, auteur d’un but et de deux passes décisives.

Finalement, il n’était pas si mal ce « match de merde ». Malgré le faible engouement autour de son déplacement, l’équipe de France a décroché une victoire de plus ce mardi en Arménie (3-0). De quoi entretenir sa dynamique et la confiance engrangée ces derniers mois. Sur la belle pelouse du Republican Stadium, les joueurs de Didier Deschamps ont fait le boulot malgré une composition inédite. Avec huit changements par rapport au match contre le Portugal (2-1), le sélectionneur a pu expérimenter dans la nuit d’Erevan. Seuls Steve Mandanda, solide sur sa ligne, Blaise Matuidi, à nouveau capitaine, et Raphaël Varane, qui a hérité du brassard en seconde période, étaient déjà de la partie samedi au Stade de France.

Un large turn-over qui a mis en lumière la qualité de l’effectif tricolore. Surtout en attaque, pour être tout à fait honnête. Pour son grand retour en tant que titulaire, André-Pierre Gignac a fait forte impression. Aligné seul en pointe à la place de Karim Benzema, le buteur de l’OM a donné l’ouverture du score à Loïc Rémy, également très inspiré dans le couloir gauche (7e, 1-0). Avant de transformer un penalty (son premier but en sélection depuis cinq ans), obtenu par Paul Pogba suite à un incroyable numéro dans la surface (55e, 2-0), et d’offrir un caviar à Antoine Griezmann en fin de match (84e, 3-0). Positionné en meneur de jeu, Dimitri Payet a également marqué des points, sans être génial.

Des latéraux pas au niveau

Si la connexion marseillaise a parfaitement fonctionné, la défense expérimentale a donné quelques signes de faiblesse. Jérémy Mathieu est apparu fébrile en début de rencontre. Lucas Digne, et surtout Christophe Jallet, sont un peu passés à côté de leur sujet. Globalement, cette victoire ne devrait pas causer de maux de tête à « DD ». Comme prévu, la hiérarchie n’a pas été bousculée sur la terre d’origine de Charles Aznavour et Youri Djorkaeff.

A 605 jours du début de l’Euro 2016, les Bleus ont confirmé leur sympathie pour les matchs amicaux. Ils en sont désormais à sept victoires et trois nuls lors de leurs dix dernières sorties sans enjeu. Face à la 52e nation mondiale, privée de sa star Henrikh Mkhitaryan, de loin son meilleur atout, la tâche était largement abordable. Mais encore fallait-il rester sérieux et concernés. Les Bleus l’ont été. Ils ont maintenant rendez-vous à Rennes pour affronter l’Albanie, le 14 novembre. Quatre jours avant de recevoir la Suède de Zlatan Ibrahimovic à Marseille, pour un match explosif.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur