RMC Sport

Bleus-Deschamps, un mariage inévitable

Didier Deschamps lors des 10 ans de la victoire en Coupe du monde

Didier Deschamps lors des 10 ans de la victoire en Coupe du monde - -

La nomination de Didier Deschamps au poste de sélectionneur de l’équipe de France était attendue depuis que l’ancien capitaine des Bleus en était le charismatique et indispensable milieu de terrain. Explications.

C’était il y a douze ans, début septembre, au Stade de France. Un France-Angleterre amical sans grand intérêt (1-1). Mais un match finalement pas comme les autres. La 103e et dernière sélection de Didier Deschamps avec l’équipe de France. Ce soir-là, dans l’enceinte qui l’a consacrée champion du monde en 1998, le capitaine des Bleus tirait sa révérence. Un autre joueur emblématique de cette génération dorée en faisait autant. Avec 6 capes de moins (97 au total), Laurent Blanc quittait lui aussi la maison bleue. Douze ans plus tard, le destin de ces deux hommes est à nouveau lié aux Bleus.

Le premier va succéder au second au poste de sélectionneur. L'arrivée, ou plutôt le retour de celui que l’on surnommait « Trois pommes » à Clairefontaine, est tout sauf une surprise. « C’est le candidat rêvé, note Eric Di Meco, son ancien partenaire à l’OM et chez les Bleus. Je ne vois pas qui pourrait lui passer devant. On ne peut pas nier ses qualités de meneur d’hommes. » Capitaine de l’équipe de France à 52 reprises, Deschamps a enfilé le brassard pour la première fois à 25 ans (France-Chili, 3-1). L’âge des joueurs de la génération 87…

Di Meco : « Il ne fera pas de cadeaux aux joueurs »

Avec tous ses sélectionneurs, mais surtout avec Aimé Jacquet et Roger Lemerre, « DD » a joué à merveille le rôle de relais sur le terrain et de médiateur en dehors. Indispensable, Deschamps ? Qui n’a pas en mémoire sa discussion avec Roger Lemerre, au centre du terrain du Kuip de Rotterdam, juste après la victoire en finale de l’Euro 2000 (2-1. a.p. contre l’Italie), lorsque le sélectionneur le supplie de ne pas stopper sa carrière internationale. Du tragique France-Bulgarie (1-2) qui priva les Bleus de la Coupe du monde 1994, jusqu’à l’âge d’or des années 1998-2000, Deschamps a tout connu et tout donné à l’équipe de France.

Reste donc à savoir ce qu’il peut lui apporter après un Euro 2012 au goût amer. « Savoir jouer les matchs pour les gagner, ça a toujours été sa force quand il était joueur, argumente Di Meco. Sur le terrain, c’est un garçon qui faisait tout pour gagner et qui s’est toujours mis au service de l’équipe pour avoir le meilleur résultat possible. En tant qu’entraîneur, c’est un garçon qui a gagné partout où il est passé. Il ne fera pas de cadeaux aux joueurs. Seuls les résultats compteront et les performances de ces joueurs-là au service du collectif. » Bref, tout ce qu’il a manqué en Ukraine. 

Aurélien Brossier