RMC Sport

Deschamps : « Il n’y a pas de remède miracle »

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

Didier Deschamps n’a pas caché sa déception, ce vendredi, après le triste match nul des Bleus en Géorgie (0-0). Mais le sélectionneur de l’équipe de France préfère vite se tourner vers le match face à la Biélorussie mardi.

Didier Deschamps, quelle est votre réaction après ce match nul ?

C’est un match où on a eu la maitrise en termes de possession. C’est vrai qu’on ne s’est pas créé beaucoup d’occasions sur la première heure de match. On a eu quelques opportunités, mais on a vraiment eu des occasions franches sur la fin de match en poussant. Cette équipe géorgienne a montré beaucoup de solidarité. Tant que le résultat leur était favorable, ils se sont accrochés. Je ne vous apprends rien. A partir du moment où on ne trouve pas l’ouverture, on ne peut pas gagner le match. On peut faire plus, on doit faire plus. Même si on a eu les occasions, on n’a pas concrétisé.

Qu'est-ce que vous voulez dire par « on peut faire plus » ?

Individuellement, on peut faire plus. Tous. On a poussé beaucoup plus en fin de match. Mais face à une équipe qui est aussi bien regroupée, ce n’est pas facile de trouver des solutions. Il faut plus de précision, il faut plus de spontanéité. On a eu pas mal de situations de centres. Certaines nous ont donné des occasions, d’autres auraient pu nous en amener. Comme d’habitude, quand le résultat n’est pas là et qu’on ne gagne pas un match, il y a évidemment la possibilité de faire plus.

Êtes-vous inquiet après ce résultat ?

Inquiet, non. De toute façon, on a un match qui nous attend dans quatre jours. Ce match nul 0-0, ici, n’est évidemment pas un bon résultat, même si ça nous rapporte un point de plus au compteur. Pour mettre cette équipe géorgienne plus en difficulté, il aurait fallu plus d’intensité dans tout ce qu’on a fait dans la première partie du match. Ils étaient regroupés, il y avait une grande densité. Ça nécessitait plus, évidemment.

Pensez-vous que la première place du groupe va être difficile à aller chercher ?

Oui. Notre ambition quand on a commencé ces éliminatoires, c’était d’accéder à cette première place. Aujourd’hui, après le match, à partir du moment où on ne gagne pas et que l’Espagne gagne, la deuxième place est beaucoup plus compliquée. Mais il nous reste deux matches pour assurer notre deuxième place dans le groupe.

Les Bleus n'ont plus marqué depuis cinq matches. Que manque-t-il à l'attaque tricolore ?

Il faut trouver l’efficacité. J’ai essayé de faire les changements pour toujours amener un plus. Après, il manque un peu plus de réussite, un peu plus de chance aussi, un peu plus d’adresse par moment. Il n’y a pas de remède miracle non plus. Mais je n’ai pas envie de sombrer aujourd’hui. On a 11 points, il reste deux matches. On est toujours dans notre objectif. Mais sortir d’ici avec un match nul, je ne vais pas dire que je suis satisfait et que je n’ai pas de regrets. Il y a un autre match qui vient très vite, donc on va bien récupérer et bien se concentrer sur ce match-là, avec les joueurs que vous connaissez, pour retrouver cette efficacité.

Est-il possible de positiver en se disant que c'est un point qui peut compter pour la qualification ?

Oui, mais c’est la réalité. Après, je ne fais pas machine arrière. Je le répète : notre ambition était de jouer la première place. On a notre objectif qui est de terminer deuxième du groupe. Il y a encore des matches qui nous attendent. C’est la réalité. Aujourd’hui, je fais le constat du résultat, de ce qu’on a fait et ce qu’on aurait pu mieux faire. Mais le plus important, c’est ce qui nous attend mardi.

Que pensez-vous de la prestation de Franck Ribéry ?

Chacun a sa propre analyse, Franck a été très percutant et a créé des décalages. Après, les Géorgiens sont venus à deux ou trois pour défendre sur lui. C’était donc plus compliqué. Il n’y a pas que Franck Ribéry, mais il a eu des situations où il a frappé au but, il a créé des décalages, il a débordé. Il a donc beaucoup apporté sur le plan offensif.

A lire aussi :

>> Géorgie-France : les notes des Bleus

>> Géorgie-France : désespérants, ces Bleus…

>> Objectif Qualif : RMC vous offre vos places pour France-Finlande !

Propos recueillis par Jérôme Sillon à Tbilissi