RMC Sport

Deschamps : « Respect, humilité, plaisir »

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

Pour son premier point presse à Clairefontaine, Didier Deschamps, le nouveau sélectionneur de l’équipe de France, a rappelé ses exigences. A deux jours du match amical contre l’Uruguay au Havre, « DD » impose déjà sa patte.

Didier, après avoir longtemps été pressenti comme sélectionneur des Bleus, c’est désormais une réalité. Et vous êtes de retour à Clairefontaine, un lieu que vous connaissez bien…

J’ai le même plaisir et la même fierté d’être là. Les couleurs sont toujours les mêmes. Mon attachement pour l’équipe de France, compte-tenu de ce que ce maillot a pu m’apporter dans ma carrière professionnelle, restera toujours. C’est un rôle différent, plus compliqué que celui de joueur. Mais il y a toujours la même fierté. Je me sens toujours privilégié d’être là. Je ferai en sorte de gagner le plus de matches possibles. Je suis là pour ça. Les joueurs aussi.

La défense centrale, qui a été déficiente à l’Euro, est-elle votre chantier prioritaire ?

C’est vous qui le dites, pas moi (rires). L’aspect défensif est important. S’appuyer sur une base défensive solide, au haut niveau, l’est aussi. Ce n’est pas là-dessus qu’on va construire les victoires, mais c’est important d’avoir un socle solide et performant. Ce n’est pas un chantier, mais il faudra faire en sorte de trouver une charnière performante.

« Ne va pas vivre avec le passé »

Après un championnat d’Europe décevant, comment avez-vous senti vos joueurs ?

J’ai le sentiment qu’ils sont heureux d’être là. C’est très important. On ne va pas vivre avec le passé. L’important, c’est ce qui nous attend et notre objectif, se qualifier pour la prochaine Coupe du monde. L’aventure a commencé hier (dimanche) avec ce premier stage. Ils sont dans la compétition avec de la concurrence. A eux d’être le plus naturel possible. A eux de faire en sorte de privilégier la notion de groupe et d’avoir un état d’esprit positif.

Justement, quels sont les principes sur lesquels vous avez mis l’accent ?

S’il faut ressortir trois mots : respect, humilité et plaisir. Si je développe, ça va prendre beaucoup de temps (sourire).

Faut-il s’attendre à un capitanat tournant lors des premiers matches ?

Non. Il y a toujours le risque de banaliser la fonction de capitaine. Tous les joueurs peuvent se dire, « pourquoi pas moi ? ». Il faut dégager quelques joueurs. Je veux prendre du temps et avoir plus de recul. Je désignerai des numéros un, deux et trois. Hugo Lloris ? Il a été capitaine et a bien rempli son rôle. Je n’ai pas de souci avec ça aujourd’hui.

Propos recueillis par Jérôme Sillon