RMC Sport

Didier Deschamps refuse de parler de son salaire, c'est "indécent"

Interrogé dans Le Parisien, le sélectionneur de l'équipe de France est revenu sur les soubresauts qui animent la société française en cette fin d'année.

Il est l'homme qui a offert le plus grand succès de la France en 2018. Cela pourrait lui donner l'opportunité de s'exprimer sur tous l sujets de société, et notamment les Gilets Jaunes toujours aussi actifs, à quelques heures de Noël. Mais pas question de pour Didier Deschamps de prendre part au débat: "J’ai pris une position: tant que je suis dans le sport, je ne donnerai aucun avis politique, social, ou quoi que ce soit. Je ne veux pas mélanger. J’estime avoir bien conscience de la réalité. Je connais le prix du smic, combien coûte une baguette, le prix d’un litre d’essence", explique Didier Deschamps dans Le Parisien ce dimanche, même s'il reconnaît avoir croisé des Gilets Jaunes et avoir discuté avec eux. "Ils ont été très gentils. C’était juste un échange."

Deschamps: "Je ne suis pas là pour faire mal ou pour choquer"

Et si Didier Deschamps s'astreint à cette retenue, c'est d'abord en raison de ses revenus, d'abord en tant que joueur, puis maintenant de sélectionneur des Bleus. Dans cette même interview, il refuse de dévoiler son salaire. "C'est indécent. C’est impossible de parler de ça. J’ai conscience depuis de nombreuses années que je suis un privilégié. Je n’ai pas honte, bien au contraire. Je pourrais argumenter, mais M. et Mme Tout le monde ne peuvent pas entendre ça, parce qu’ils sont dans la difficulté. Je ne suis pas là pour faire mal ou pour choquer." Alors qu'il émargeait à 1,7 million annuel, son salaire a été nettement revalorisé lors de sa prolongation de contrat à l'automne 2017. Sa rémunération annuelle se monterait maintenant à 3,45 millions hors bonus.

PK