RMC Sport

Equipe de France: Avant Rabiot, le dernier à avoir refusé une sélection était... Anelka

Adrien Rabiot a refusé d’être suppléant pour la Coupe du monde en Russie et l’a fait savoir à la FFF, qui pourrait le sanctionner. Un épisode qui rappelle celui de Nicolas Anelka en 2002. L’attaquant de Manchester City, alors âgé de 23 ans, avait lui décliné une sélection pour un amical contre la Yougoslavie.

C’est une petite bombe qui risque d’empoisonner le début de préparation des Bleus. Dans un mail adressé à Didier Deschamps, Adrien Rabiot a fait savoir à son sélectionneur qu’il refusait d’être suppléant pour la Coupe du monde 2018. Certainement vexé de ne pas avoir été retenu dans la liste des 23, le milieu de terrain du PSG a choisi d’adopter une posture radicale, qui pourrait lui valoir une sanction de la part de la Fédération française de football. Un épisode qui rappelle celui de Nicolas Anelka en 2002... Alors qu’il est en bonne forme à Manchester City, l’attaquant âgé de 23 ans (comme Rabiot aujourd’hui) n’est pas retenu par Jacques Santini pour disputer un match amical contre la Yougoslavie fin novembre.

Finalement, le Lyonnais Sidney Govou se blesse et Anelka est appelé en dernière minute. Mais l'ancien joueur d’Arsenal et du Real Madrid décide de refuser la convocation et ne se présente pas à Clairefontaine. "Jacques Santini m’a demandé de montrer que j’avais envie de reporter le maillot de l’équipe de France. J’ai essayé de le faire jusqu’à aujourd’hui. De son côté, il a plutôt montré qu’il n’avait pas envie de me donner ma chance. C’est pourquoi je décline la sélection", explique Anelka au Parisien-Aujourd’hui-en-France.

"Je ne sais pas si on a confiance en moi"

La semaine précédente, le sélectionneur des Bleus s’était pourtant entretenu avec l’attaquant de City en marge d’un derby contre Manchester United. "Ses arguments ne m’ont pas convaincu, assure Anelka. Il m’a expliqué que jusque-là, il avait pris d’autres joueurs en équipe de France parce qu’il les connaissait mieux que moi. Mais ensuite, il y a eu des blessés. Là, il appelé des joueurs qu’il ne connaissait pas… Cette sélection est un peu forcée, je le sens comme ça. Or moi, j’ai besoin d’être approuvé pour apporter le meilleur dans cette équipe. Mais je ne sais pas si on a confiance en moi."

Quelques semaines plus tard, Santini, qui a succédé à Roger Lemerre en juillet après le fiasco du Mondial en Corée du Sud et au Japon, réagit à son tour: "Quand je suis allé le voir à Manchester, nous avons discuté 35 minutes ensemble. Lorsque je lui demandais: Alors Nicolas, c'est ok, tu as compris mon fonctionnement?, il me disait: oui, oui. Il n'avait qu'à me dire: Non, coach, vous vous foutez de ma gueule. J'aurais préféré." Dans la foulée, la FFF décide d’infliger deux matches de suspension de club à Anelka. Une sanction qui ne sera pas appliquée par City, avec l'accord de la Fédération anglaise et de la FIFA.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur