RMC Sport

Equipe de France: candidat à la FFF, Moulin imposerait Benzema à Deschamps

Officiellement candidat à la succession de Noël Le Graët à la présidence de la Fédération française de football (FFF), Michel Moulin a évoqué ses soutiens et son projet dans Le Figaro. L'homme d'affaires de 59 ans se montre aussi critique envers l'actuel dirigeant, notamment sur sa gestion du cas Karim Benzema.

Un éternel regret pour beaucoup. Didier Deschamps a fait le choix de se passer de Karim Benzema, après ses déclarations datant de 2016, disant du sélectionneur qu'il avait "cédé à une partie raciste de la France" en ne le convoquant plus chez les Bleus. Des mots lourds, suivi d'un tag "raciste" sur la maison de l'entraîneur, qui avaient "bouleversé" le champion du monde 1998.

"Si au-dessus de lui, on lui dit de faire jouer Benzema, il doit le faire jouer"

Depuis, pas de retour de l'attaquant français, récemment renvoyé en procès dans l'affaire de la sextape, qui ne cesse de briller et de s'imposer en patron au Real Madrid. "Sur la gestion de Karim Benzema, qui est un grand attaquant, Didier Deschamps, c'est un salarié de la FFF. Si au-dessus de lui, on lui dit de faire jouer Benzema, il doit le faire jouer", estime dans Le Figaro Michel Moulin, qui officialise sa candidature à la présidence de la Fédération française de football.

"La FFF est aussi responsable que la LFP" pour Mediapro

Une façon de tacler l'actuel dirigeant de la FFF Noël Le Graët, qui a toujours laissé son sélectionneur faire ses choix d'hommes. Une "erreur de management" selon l'homme d'affaires de 59 ans, fondateur de ParuVendu et du 10Sport et actuel président délégué du club de National 2 Blois Foot 41. Mais une erreur qui ne serait pas la seule. 

Pour Michel Moulin, la Fédération est "aussi responsable que la Ligue" de la faillite de Mediapro, un "bide annoncé". "Personne n'a bloqué le projet ou émis des doutes", note le candidat concernant le retrait de la chaîne Téléfoot, qui avait acquis les droits TV de la Ligue 1 et la Ligue 2.

Parmi ses fers de lance, une volonté de "décentraliser la FFF, trop parisienne" pour que la Fédération soit "au service des clubs et pas l'inverse", dans une gestion qui se rapprocherait plus d'une entreprise. Michel Moulin assure avoir avec lui des anciens comme "Peguy Luyindula, Kader Ferhaoui, Pascal Olmeta ou encore Nicolas Dieuze", avec le soutien de "Fabien Barthez, Eric Di Meco et Daniel Bravo". 

dossier :

Karim Benzema

A.Bo