RMC Sport

Équipe de France: ces moments de tensions qui ont perturbé la vie des Bleus à l’Euro 2021

L’équipe de France a quitté l’Euro 2021 la tête basse après son élimination face à la Suisse dès les 8es de finale (3-3, 4 tab 5). Une désillusion qui a fait apparaître au grand jour un certain malaise au sein du vestiaire. Et ce manque de cohésion s’est manifesté par plusieurs incidents plus ou moins importants durant la compétition.

"Comment il s’appelle? Kanté! N’Golo, N’Golo, Kanté!" Benjamin Mendy s’époumone au micro, devant une foule de privilégiés rassemblée dans les jardins de l’Élysée. En ce 16 juillet 2018, l’ambiance est euphorique à Paris. Et même dans toute la France. La veille, les Bleus ont décroché leur deuxième étoile sous la pluie de Moscou. Vingt ans après la bande à Zizou. La voix de Vegedream accompagne la liesse aux quatre coins du pays. Bras dessus, bras dessous, Didier Deschamps et ses joueurs célèbrent leur triomphe et reprennent en chœur "Ramenez la coupe à la maison". Sous le regard ravi d’Emmanuel Macron…

>> Euro 2021: les infos en direct

Trois ans plus tard, la photo a bien jauni. Et le mois de juillet s’annonce particulièrement terne pour les amateurs de foot, réduits au rang de spectateurs dans l’Hexagone. Beaucoup plus tôt que prévu. Certains vont souhaiter la défaite du rival belge, d’autres soutiendront le Danemark de Christian Eriksen. Mais la magie ne sera pas là. Vegedream non plus. La faute à la sortie de route spectaculaire des Bleus, éliminés dès les 8es de finale de l’Euro 2021 par la Suisse. Au terme d’un scénario hollywoodien (3-3, 4 tab à 5). Une claque accueillie dans une ambiance maussade, voire carrément orageuse au sein du vestiaire. Le comportement de la mère d’Adrien Rabiot, qui s’est écharpée avec les familles de Kylian Mbappé et Paul Pogba dans les tribunes de Bucarest, a marqué les esprits. Il symbolise le manque d’osmose qui a escorté les champions du monde durant la compétition.

L’embrouille Giroud-Mbappé

Dès la fin de l’Euro 2021, Antoine Griezmann, Raphaël Varane et Clément Lenglet ont demandé à rallier leur lieu de vacances en partant directement de Bucarest. Sans repasser par Paris avec le reste du groupe. Ce n’est qu’un détail. Mais cette envie de se séparer rapidement intervient au crépuscule d’un rassemblement où le ciel a toujours été plus ou moins nuageux. Le malaise a commencé à poindre dans les mots d’Olivier Giroud. Dès la préparation. Après la victoire face à la Bulgarie, le 8 juin au Stade de France (3-0), l’attaquant de Chelsea a regretté de ne pas être assez servi par ses partenaires. Kylian Mbappé l’a pris pour lui. L’attaquant du PSG, très remonté, a voulu réagir à chaud en conférence de presse. Didier Deschamps l’en a d’abord dissuadé. Mais le joueur de 22 ans a finalement eu gain de cause quatre jours plus tard. Entre temps, Giroud est venu s’expliquer avec lui. Et Mbappé n’a pas hésité à manifester son mécontentement en boudant à l’entraînement. Une attitude qui, selon L’Équipe, a fini par agacer les doyens du groupe comme Steve Mandanda, Moussa Sissoko ou le capitaine Hugo Lloris.

Des égos de champions du monde

Avant cet épisode, certains joueurs s’étaient déjà signalés en se plaignant des visuels utilisés par la FFF. Lors de l’annonce de la liste des 26, puis en marge de France-Bulgarie. En cause? L’absence de certains cadres du groupe sur les clichés. Agacé, Deschamps était même intervenu personnellement pour régler la situation. Annoncés comme les grands favoris, les Bleus se sont présentés à l’Euro 2021 avec un nouveau statut. Et une bonne dose d’égo supplémentaire, accumulée en trois ans passées sur le toit du monde. De quoi compliquer les relations entre les uns et les autres. La lumière mise sur le grand retour de Karim Benzema en a plongé certains dans l’ombre, du jour au lendemain. Pas forcément facile à accepter.

Une bulle sanitaire drastique

Contrairement à la Russie, Adil Rami, Samuel Umtiti, Benjamin Mendy ou Blaise Matuidi n’étaient pas là pour mettre de l’ambiance et assurer une bonne humeur générale. Le départ sur blessure d’Ousmane Dembélé, très apprécié dans l’équipe, a également eu un impact négatif à ce niveau-là. Sans parler des conditions d’hébergement, qui ont installé une certaine tension dans les rangs tricolores.

Alors que d’autres nations, comme l’Espagne, la Belgique ou la Suisse, ont eu des dérogations pour sortir en ville ou voir leurs proches, la FFF a maintenu les Bleus dans une bulle sanitaire très stricte. De Munich à Budapest, jusqu’à Bucarest, les partenaires de Paul Pogba, qui n'ont déploré aucun cas de Covid-19, se sont retrouvés confinés dans leur hôtel. Avec l’impression d’étouffer un peu par moments. Contrairement à leur camp de base d’Istra en 2018, aucun de lieu de vie en commun n’a été mis à leur disposition. Ils ont seulement eu droit à deux soirées en terrasse pour resserrer les rangs. Sans grand succès.

Mbappé seul après son échec

Résultat: la défaite contre la Suisse a donné l’impression d’un groupe divisé. Lorsque Mbappé a raté son tir au but décisif, il s’est retrouvé isolé sur la pelouse de Bucarest. Seuls quelques joueurs comme Marcus Thuram ou Lucas Digne, habituels remplaçants, sont venus le réconforter. Deschamps lui a brièvement tapé dans la main avant qu’il s’engouffre dans le couloir du stade. Mais les autres l’ont abandonné à son sort. Sans compassion apparente.

Une scène qui a de quoi interpeller. La colère de Kingsley Coman après son remplacement par Marcus Thuram, et sa vive explication avec Deschamps avant le début de la prolongation, ont également fait parler. De quoi confirmer l’idée d’une équipe de France moins sereine qu’il y a trois ans. Loin des scènes de joie du Stade de France, lorsque Umtiti cassait la démarche dans la chaleur de Saint-Denis et que Kanté était porté en triomphe par ses partenaires…

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport