RMC Sport

Equipe de France: Deschamps était "énervé de voir l'équipe jouer si bas" contre la Belgique

Dans un entretien accordé à L'Equipe sur le thème du jeu et de la tactique, Didier Deschamps est revenu sur la demi-finale du Mondial 2018 remportée par la France face à la Belgique (1-0). S'il rappelle que ses joueurs ont très bien défendu lors de ce match, le sélectionneur reconnaît qu'il ne leur avait pas demandé d'évoluer de la sorte.

Privé d'Euro et confiné chez lui dans le Sud-Est, Didier Deschamps a profité de cette morne période pour accorder à L'Equipe une interview sur le thème du jeu, de la tactique, et des critiques quant à sa philosophie ou son absence de philosophie, qu'il assume très clairement.

A cette occasion, le sélectionneur est revenu sur un match marquant de l'équipe de France ces dernières années: la demi-finale de la Coupe du monde 2018 remportée face à la Belgique (1-0). Une rencontre où les Bleus n'avaient pas forcément animé les débats, mais dont ils avaient su sortir vainqueurs grâce à leur rigueur et leur réalisme.

"Ce sont les joueurs qui décident sur le terrain, je ne les télécommande pas"

Deux ans plus tard, Deschamps reconnaît pourtant qu'il n'avait pas volontairement laissé le ballon à l'adversaire. "J'étais même un peu énervé de voir mon équipe jouer si bas, glisse le technicien. Mais les joueurs se sentaient forts ainsi. On a défendu bas, c'est vrai, mais on a très bien défendu, en effectuant très peu de fautes. Cela ne servait à rien de s'égosiller sur le bord du terrain. J'ai eu une première vie, je sais très bien que si l'entraîneur insuffle, donne une idée directrice, ce sont les joueurs qui décident sur le terrain. Je ne les télécommande pas."

Et bien qu'il soit parfois catalogué comme un entraîneur défensif, Deschamps ne considère pas cette victoire-là comme un match référence. D'ailleurs, il a préféré une autre rencontre lors du Mondial russe. "Quel match j'ai préféré entre l'Argentine (victoire 4-3 en huitièmes) et la Belgique? L'Argentine, tranche-t-il. Il y a tellement d'émotion, de sentiments. Sur ce match, les deux équipes ont eu la même attitude, elles ont reculé quand elles ont mené. À 2-1, l'Argentine nous a laissé le ballon et nous a permis de revenir dans le match. Même si on peut mieux faire défensivement, c'est le match de l'Argentine qui change notre Coupe du monde. Je préfère celui-là, il n'y a pas photo."

CC