RMC Sport

Equipe de France: Laporte, vers un nouveau rendez-vous manqué?

Ces derniers jours, Aymeric Laporte a encore déploré son absence de carrière internationale avec les Bleus. Mais le défenseur de Manchester City, à 26 ans, n’a sans doute pas vécu une saison suffisamment bonne à titre personnel pour entrer dans les plans de Didier Deschamps et participer à l’Euro.

Sans doute regardera-t-il l’annonce de la liste de Didier Deschamps, jeudi, avec un peu d’espoir. Mais il est probable qu'il soit déçu. Comme souvent, comme trop souvent à son goût. A 26 ans, bientôt 27, Aymeric Laporte misait beaucoup sur cette saison 2020-2021 pour décrocher un billet pour l’Euro, ou du moins lancer sa carrière chez les Bleus et réparer ce qui a longtemps été considéré comme une anomalie.

Défenseur salué en Espagne, puis en Angleterre, international U17 (11 matchs), U18 (9 matchs), U19 (12 matchs), et Espoirs (19 matchs), l’Agenais n’a connu chez les A que désillusions. Et aucune sélection. Souvent barré par la concurrence, et pas forcément dans les petits papiers du sélectionneur, Laporte a tout de même été appelé trois fois par Deschamps. Les deux premières, en octobre 2016 puis en mars 2017, il n’a pas été utilisé. Et juste avant la troisième, à l’été 2019, une rupture des croisés l’a contraint au forfait. Depuis, c’est silence radio. Et la trêve de mars, sauf grande surprise, ne devrait rien changer.

"L’équipe de France? Je ne sais pas où on en est… Ça a toujours été mon rêve, je l’ai toujours dit, j’ai joué dans les catégories de jeunes en étant capitaine pendant trois années, expliquait l’intéressé la semaine dernière dans une interview à beIN Sports. Pour moi, c’est l’une des meilleures expériences de ma vie. Pareil pour ma famille, me voir avec le maillot bleu ça les touchait au cœur. J’ai toujours été ému à ce sujet... Après, les médias ou n'importe qui font pencher la balance d’un côté ou de l’autre, ça donne une dynamique qui n’est peut-être pas juste. Ces dernières cinq-six années, j’ai attendu, j’attends encore. J’ai beaucoup de patience. Mais c’est quelque chose qui me manque, une sorte d’épine. C’est un détail, mais un énorme détail pour moi."

Un début d'hiver au placard

Avec un Clément Lenglet dans le dur au Barça, et un Samuel Umtiti trop peu utilisé ces dernières saisons, il y avait peut-être un créneau dans lequel s’engouffrer en ce début d'année pour un défenseur axial gaucher. Malheureusement, la récente période a coïncidé avec le moment où Laporte, pour la première fois depuis son arrivée à Manchester City en janvier 2018, a perdu sa place de titulaire (hors blessure).

Le Français a été écarté par Pep Guardiola après une défaite contre Tottenham le 21 novembre, et n’a ensuite plus joué la moindre minute en Premier League… jusqu’au 26 janvier. Pendant ces deux mois et ces dix matchs en tribunes, Laporte a vu la paire Ruben Dias-John Stones apporter de la stabilité à City, et les Skyblues entamer sans lui une superbe série de victoires. Depuis début février, cela va toutefois un peu mieux: Laporte joue (6 titularisations sur les 10 dernières journées), il a plusieurs fois relégué John Stones sur le banc, et a même été titularisé lors du 8e de finale aller de Ligue des champions entre Mönchengladbach et Manchester City (0-2).

"J’avais envoyé un message directement au coach, je n’ai toujours pas eu de réponse"

Est-ce que ce sera encore le cas lors du retour ce mardi (21h sur RMC Sport)? Peut-être. Reste que la période au placard n’est sans doute pas passée inaperçue au sein du staff tricolore. Avec qui les relations sont visiblement fraîches. Ou plutôt inexistantes.

"J’avais envoyé un message directement au coach (Didier Deschamps), je n’ai toujours pas eu de réponse, a révélé Laporte la semaine dernière. Donc non, je n’ai pas forcément de relation avec le staff." Par le passé, le défenseur s’est parfois vu reprocher un certain individualisme. "C'est un garçon adorable mais, c'est vrai, assez complexe, décrivait en 2018 Pierre Mankowski, son ancien sélectionneur en Espoirs. Il ne se livre pas par rapport au collectif. C'est un solitaire. Quand il communique, cela peut paraître maladroit, parce qu'il a une grande perception de sa valeur et il le montre. Au final, c'est un bon pro qui a du mal à s'inscrire dans le collectif."

Ce qui n’est pas forcément du goût de Deschamps, du même que les "plaintes" publiques du défenseur – comme à l’hiver 2018 – qui ont pu surprendre. Malgré tout, "DD" avait rappelé Laporte quelques mois plus tard. Sans que l’intéressé ne puisse grimper dans le train. Et sans avoir la certitude qu’il repassera.

C.C.