RMC Sport

Equipe de France: le baromètre des Bleus avant la liste de Deschamps

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps annoncera jeudi la liste des 23 joueurs retenus pour le rassemblement international de mars (matchs contre l'Ukraine, le Kazakhstan et la Bosnie), le dernier avant l'Euro. Quels Bleus sont sûrs d'être appelés? Quels sont ceux qui ont perdu des points? Ou ceux qui peuvent créer la surprise? Le point, secteur par secteur.

LES GARDIENS

C'est le secteur de jeu où il y a le moins de places disponibles, et sans doute celui où il y a le moins de suspense. Sauf surprise, Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (OM) et Mike Maignan (Lille) - qui pourrait vite prétendre à la place de numéro 2 dans la hiérarchie - seront les trois gardiens convoqués par Didier Deschamps jeudi, et sans doute pour l'Euro cet été.

Si Mandanda a connu quelques matchs délicats ces dernières semaines, il est difficile d'imaginer DD le "sanctionner" pour trois ou quatre prestations moindres. Et surtout, pour mettre qui à la place? Benjamin Lecomte (Monaco) et Alphonse Areola (Fulham) réalisent tous les deux une saison solide, sans être étincelants non plus.

LES DEFENSEURS

Dans l'axe, Raphaël Varane (Real Madrid) et Presnel Kimpembe (PSG) semblent avoir aujourd'hui une longueur d'avance sur la concurrence. Clément Lenglet (Barça) vit une saison compliquée en Catalogne, mais a été systématiquement convoqué par Deschamps depuis l'été 2019, et devrait vivre sa première grande compétition internationale. Pour la place de quatrième défenseur central, c'est assez ouvert. Kurt Zouma était présent en novembre, mais a très peu joué à Chelsea depuis le début de l'année civile. L'inverse de Samuel Umtiti, qui a lui regagné du temps de jeu à Barcelone, mais plus par défaut, vu l'infirmerie blaugrana. L'ancien Lyonnais a en plus le désavantage d'être gaucher, comme Kimpembe et Lenglet. Dayot Upamecano (Leipzig), assez peu à son avantage lors de la trêve de septembre, aurait pu faire son retour, mais il est sorti sur blessure dimanche en Bundesliga. De quoi ouvrir la porte à Jules Koundé (Séville), qui compte de plus en plus d'admirateurs? Possible, mais l'ancien Bordelais n'a pas forcément brillé contre Dortmund en Ligue des champions, épreuve qui sert souvent de crash-test aux yeux de Deschamps. Reste enfin le cas Aymeric Laporte (Manchester City), qui aurait pu profiter de la méforme de ses "rivaux", mais qui a perdu sa place de titulaire en club durant l'hiver au profit de la paire Dias-Stones. Par ailleurs, lui aussi est gaucher.

A droite, Benjamin Pavard (Bayern Munich) n'est pas vraiment menacé. Qui servira de doublure au Bavarois? Léo Dubois, qui enchaine les rencontres à l'OL - sans toujours convaincre - semble en bonne posture. Mais Nordi Mukiele (Leipzig), salué en Allemagne, a une vraie carte à jouer. Bouna Sarr, qui a failli connaître sa première convocation en novembre avant que le Bayern ne mette son veto, ne joue sans doute pas assez outre-Rhin. Quant à Ruben Aguilar (Monaco), sa première sélection à l'automne relevait tout de même d'un sacré concours de circonstances. Mais peut-être l'ancien Montpelliérain a-t-il séduit DD par son implication à Clairefontaine...

A gauche, Lucas Hernandez semble toujours dans les petits papiers de Deschamps, même s'il est rarement titulaire au Bayern. Ce qui n'a pas empêché l'ex-Colchonero de faire un très bon match ce week-end contre le Werder... au poste d'arrière central. Un vrai match se dessine derrière entre Lucas Digne (Everton), bien remis de sa blessure à la malléole contractée en début d'hiver, et Ferland Mendy, aujourd'hui indiscutable au Real Madrid. Le deuxième a peut-être l'avantage, mais il n'est pas impossible que Deschamps l'appelle pour jouer à droite. Layvin Kurzawa a retrouvé un bon temps de jeu à Paris, avec deux titularisations contre le Barça, mais semble partir de plus loin, moins loin toutefois que Benjamin Mendy (Manchester City), qui a connu ce week-end une première titularisation en Premier League depuis une éternité. Theo Hernandez peut-il créer la surprise? Vu ses performances à l'AC Milan, le petit frère de Lucas fait tout pour. Mais difficile de faire bouger la hiérarchie.

LES MILIEUX

Si l'on considère que Didier Deschamps va convoquer six milieux, pour la prochaine trêve comme pour l'Euro, seul N'Golo Kanté (Chelsea) semble avoir une place réservée. Adrien Rabiot, qui ne sort plus du onze de départ de la Juventus, et qui a marqué des points pour son retour en sélection en 2020, est également en bonne position. On pourrait évidemment dire la même chose de Paul Pogba (Manchester United), cadre des Bleus, mais la Pioche n'a plus joué depuis sa blessure à la cuisse droite contre Everton le 6 février. Son retour est imminent, mais DD va-t-il miser sur un joueur en manque de rythme?

Ensuite, la bataille fait rage entre les "anciens" comme Moussa Sissoko (Tottenham) et Steven Nzonzi (Rennes) - tous les deux appelés en novembre - et les jeunes qui poussent. On pense bien sûr à Eduardo Camavinga (Rennes), mais surtout à Boubacar Kamara, meilleur joueur de l’OM cette saison, et peut-être meilleur milieu défensif de L1 actuellement.

Citons aussi le polyvalent et plus offensif Christopher Nkunku (Leipzig), souvent décisif ces dernières semaines, Tanguy Ndombele (Tottenham), qui "espère" entendre son nom jeudi, et Houssem Aouar, dont les performances récentes à Lyon sont toutefois mitigées.

Jordan Veretout (Roma), devenu une valeur sûre de Serie A, s'est malheureusement blessé au mauvais moment, et devrait être indisponible jusqu'à la fin du mois de mars. Quant à Corentin Tolisso (Bayern), victime d’une rupture d’un tendon de la cuisse fin février, sa saison pourrait déjà être terminée. Celle de Blaise Matuidi (Inter Miami) ne débutera qu'en avril, ce qui le met hors-course.

LES ATTAQUANTS

Comme pour les milieux, il devrait y avoir six places en jeu. Trois semblent destinées à Olivier Giroud (Chelsea), Antoine Griezmann (Barça), et Kylian Mbappé (PSG). Vu ce qu'il montre au Bayern dernièrement, et malgré des prestations souvent timides en bleu, difficile d'imaginer Deschamps ne pas faire appel non plus à Kingsley Coman.

Ousmane Dembélé, enfin au top physiquement, et performant avec le Barça, est un candidat de plus en plus crédible pour un poste d'ailier. Même si le champion du monde n'a plus connu l'équipe de France depuis novembre 2018. Il pourrait être en concurrence avec Thomas Lemar (Atlético), qui avait disparu des radars il y a quelques mois, mais qui est assez bon dernièrement et qui présente un profil plus défensif. Ce qu'apprécie Deschamps. Marcus Thuram (Mönchengladbach), "révélation" de la trêve de novembre, a immédiatement retrouvé sa place dans le onze du Borussia après le regrettable épisode du crachat: lui aussi peut y croire.

Le match est également ouvert en pointe, derrière Giroud. Wissam Ben Yedder (Monaco) va-t-il encore être appelé? C'est probable. Le Monégasque, même s'il n'a plus fait trembler les filets depuis un mois, semble en tout cas avoir une bonne longueur d'avance sur Alassane Plea (Mönchengladbach), Alexandre Lacazette (Arsenal) ou Moussa Dembélé (Atlético), tandis qu'Anthony Martial (Manchester United), intéressant dans le jeu à l'automne, avait été à la peine dans la finition. Pour Florian Thauvin (OM) ou Nabil Fekir (Bétis), le retard pris ces derniers mois semble beaucoup trop conséquent.

https://twitter.com/clementchaillou Clément Chaillou Journaliste RMC Sport