RMC Sport

Equipe de France: le gros stress de Tolisso à l'annonce de la liste

Dans un entretien à l'Equipe ce jeudi, Corentin Tolisso raconte les derniers mois écoulés, de sa blessure survenue en février à l'annonce de sa convocation le 18 mai dernier, pour participer au prochain Euro avec l'équipe de France.

Champion du monde 2018 avec l'équipe de France, Corentin Tolisso a gardé la confiance de Didier Deschamps pour l'Euro 2020. Pourtant, le milieu de terrain du Bayern Munich a connu plusieurs blessures cette saison, dont la dernière en date en février, avec la rupture d'un tendon de l'ischio-jambier qui lui a fait craindre de manquer le rendez-vous avec les Bleus. Il a finalement gagné sa course contre-la-montre.

"Par-dessus tout, je voulais éviter l'opération. Je sais à quel point c'est compliqué ensuite. Quand je passe mon IRM, les docteurs ne sont pas sûrs d'opérer d'ailleurs. Puis ils quittent la pièce pendant trente minutes, discutent, reviennent et m'annoncent l'intervention. Ils me disent que j'en prends pour trois à quatre mois, a confié ce jeudi Tolisso dans un entretien à L'Equipe. Dans ma tête, je fais aussitôt le calcul et j'en déduis que pour l'Euro, c'est fini."

"Je vois Kingsley baisser la tête car il a peur pour moi"

Corentin Tolisso a finalement réussi son pari de revenir plus rapidement que prévu, rejouant avec le Bayern Munich face à Fribourg, le 15 mai dernier. Trois jours plus tard, l'ancien joueur de l'OL était convoqué par Didier Deschamps dans une liste de 26 pour participer à l'Euro. Une annonce vécue avec beaucoup de stress.

"La case du 18 mai, je l'ai cochée dès que je l'ai connue, explique-t-il. Ce jour-là, on était en quarantaine avec le Bayern, pour finir le Championnat. Au début, quand Lucas (Hernandez) me disait : 'On va regarder la liste ensemble', je lui répondais que non, je la regarderais tout seul. J'appréhendais. Et puis, un documentaire sur le Bayern est en cours de réalisation avec Amazon, qui nous a demandé si on pouvait regarder la liste ensemble, les quatre internationaux français, avec Javi Martinez. J'ai accepté et on peut voir que je suis stressé."

Puis, la bonne nouvelle est tombée pour Corentin Tolisso, dernier milieu appelé par l'ordre alphabétique. "Je savais que c'était par ordre alphabétique. Si j'y étais, c'était dans les derniers. Le sélectionneur commence par les prénoms : Paul (Pogba), NG (Kanté), Adrien (Rabiot)... Puis quand il dit Thomas (Lemar), je vois Kingsley baisser la tête car il a peur pour moi, raconte Tolisso sur les coulisses de cette annonce. Puis c'est au tour de Moussa Sissoko et Kingsley baisse encore plus la tête. Il pensait que c'était mort. Seulement, on ne savait pas combien de milieux seraient convoqués. Moi, je savais que je serais le dernier si je devais être pris. Alors, tant que je ne voyais pas écrit "attaquants", j'y croyais. Et mon nom est apparu. On a explosé de joie. On savait que Kingsley, Ben (Pavard) et Lucas seraient dedans. Pour moi, il y avait plus de doutes."

Comme un symbole peut-être pour Corentin Tolisso, l'équipe de France retrouvera l'Allemagne le 15 juin prochain, pour son premier match de cet Euro. Les Bleus joueront ensuite face à la Hongrie et le Portugal, tenant du titre de la compétition.

GL