RMC Sport

Equipe de France: Lilian Thuram, père protecteur et conseiller particulier pour Marcus

Appelé en équipe de France pour la première fois, l'attaquant du Borussia Mönchengladbach, Marcus Thuram (23 ans), a bénéficié depuis l'enfance des conseils avisés de son père Lilian. Sur les terrains, mais plus globalement dans ses choix de carrière.

Une formation et une découverte du monde pro à Sochaux, un apprentissage de la Ligue 1 à Guingamp, une explosion à Mönchengladbach sur la scène continentale, et maintenant, les Bleus. Convoqué pour la première fois à 23 ans en équipe de France, Marcus Thuram pourrait avoir l'occasion ce mercredi soir (21h10) face à la Finlande d'honorer sa première sélection en A.

Ce serait une nouvelle étape de franchie pour le jeune attaquant, qui a jusque-là construit sa carrière avec patience et intelligence. Et avec les conseils de papa, aussi. Car si Marcus a été influencé par son champion du monde de père dans sa construction d'homme, et qu'il a par exemple repris le flambeau dans sa lutte contre le racisme, il a évidemment bénéficié de l'expertise de Lilian d'un point de vue purement footballistique.

"Il n'est pas interventionniste", mais tout de même très, très attentif

"Quel rôle a joué Lilian? Sincèrement, je n'en sais rien, glissait lundi Didier Deschamps en conférence de presse. Mais je le connais bien, je sais comment il fonctionne. (…) Je sais que c'est quelqu'un qui est plutôt dur avec ses enfants (le frère cadet de Marcus, Khéphren, est professionnel à Nice, ndlr). Alors je pense qu'ils n'ont pas besoin d'attendre votre débriefing (rires). Celui du papa doit être suffisamment sévère et juste pour qu'ils comprennent le message." C'est un peu l'idée, en effet.

Dès les débuts du fiston sur les terrains, à Barcelone, mais surtout à Neuilly puis Boulogne-Billancourt, l'ancien défenseur aux 142 sélections n'a cessé de l'observer depuis la touche, d'observer sa progression, de le replacer, et parfois même de débattre avec ses coachs. Et il ne s'est pas arrêté quand Marcus a intégré le centre de formation du FCSM. "Il n’est pas interventionniste mais quand il s’est aperçu que la progression de Marcus risquait d’être bloquée, il ne s’est pas privé pour nous le dire", explique à 20 Minutes Eric Hély, alors directeur du centre.

Décisif dans les transferts à Guingamp puis Mönchengladbach

Mais plus que dans son développement technique, c'est surtout dans les changements de clubs de l'attaquant que l'influence de Lilian Thuram semble avoir été considérable. Fin connaisseur des arcanes du foot, et de ses dangers, l'ex-star de Parme et de la Juventus a fait en sorte que Marcus ne soit pas manipulé, qu'il ne se brûle pas les ailes. Et qu'il joue, tout simplement. "C’est quelqu’un de très attentif aux choix de carrière de ses enfants, indique Hély, toujours à 20 Minutes. Ce qui intéressait Lilian, c’était de savoir où son fils allait être le mieux, où on allait lui faire le plus confiance, où il allait pouvoir le plus progresser. Tout était centré sur le bien-être de Marcus et sur le projet sportif, rien d’autre n’entrait en ligne de compte, ni l’argent ni le prestige de tel ou tel club."

C'est ainsi que Lilian est directement intervenu dans le cadre du transfert de Marcus vers Guingamp à l'été 2017, opération qu'il jugeait nécessaire pour sa progression. "A Guingamp déjà, on sentait dans les discussions avec Lilian, son père, qu’il y avait une ligne conductrice depuis toujours, raconte au Télégramme Eric Blahic, ancien entraîneur adjoint au sein du club breton. Il est dans une continuité de travail, d’entourage et de progression sportive. C’est construit, ce n’est pas une météorite. Sochaux, Guingamp, je suis convaincu que rien n’a été fait au hasard depuis le départ." Et cela n'a pas changé. A l'été 2019 encore, alors que l'OM faisait les yeux doux à Marcus, Lilian Thuram a poussé pour un départ vers Mönchengladbach, club certes moins médiatique, mais au projet extrêmement solide. Seize mois plus tard, son protégé vient d'inscrire ses premiers buts en Ligue des champions, et de débarquer à Clairefontaine.

CC