RMC Sport

Equipe de France: Rabiot ne sera pas sanctionné

Adrien Rabiot a surpris son monde en envoyant un mail à Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, afin de lui signifier son refus d’être suppléant au Mondial 2018. Une attitude que la FFF ne prévoit pas de sanctionner.

Adrien Rabiot a pris un gros risque. Mécontent de ne pas être dans la liste des 23, le milieu de terrain de l’équipe de France a envoyé un mail à Didier Deschamps pour lui signifier son refus d’être suppléant au Mondial 2018. Une attitude pour laquelle la Fédération française de football ne prévoit toutefois pas de le sanctionner, selon les informations de RMC Sport. Noël Le Graët devrait communiquer sur le sujet en début d'après-midi.

C'est à Deschamps que revient la décision de le prendre ou pas lors des prochains rassemblements. Après la Coupe du monde, le sélectionneur cherchera à discuter avec le Parisien. Mais pas avant. En interne, on souhaite vite passer à autre chose afin de se focaliser sur la compétition qui débute dans trois semaines en Russie. "Le cas d'Adrien Rabiot, on aura le temps d'y réfléchir plus tard", affirme-t-on chez les Bleus. 

Le joueur du PSG s'en sort bien car il aurait pu écoper d’une amende ou d’une suspension (en sélection et/ou en club). D’après les règlements de la Fifa, seule une blessure ou une maladie peut justifier de ne pas honorer une convocation en équipe nationale. Ce qui n’est évidemment pas le cas de Rabiot cette fois. Un article précise tout de même que si un joueur ne souhaite pas être convoqué pour certains matches ou pendant une certaine durée, "il doit en informer l’association dont il a la nationalité, par écrit, avant qu’elle ne le convoque." Là encore, Rabiot est donc en faute.

Platini avait menacé Ribéry de trois matches de suspension

Lorsque Franck Ribéry avait annoncé sa fin de carrière internationale en 2014, Michel Platini, alors président de la Fifa, l’avait menacé de trois matches de suspension s’il ne répondait pas à une éventuelle convocation de Didier Deschamps. Mais le joueur du Bayern Munich n’avait finalement pas été appelé. Fin 2002, Nicolas Anelka avait lui écopé de deux matches de suspension en club pour avoir décliné une sélection de dernière minute pour un amical contre la Yougoslavie. Une sanction que l’attaquant de Manchester City n’avait pas purgée, en accord avec son club et la Fifa.

LT (avec AJ)