RMC Sport

Euro 2021: la France sauve la première place avec un nul face au Portugal et rejoint la Suisse en 8e

Dépassés en première période, plus convaincants après la pause, les Bleus ont bouclé la phase de groupes par un nul face au Portugal (1-1), ce mercredi. Premiers de leur poule, ils feront face à la Suisse en huitièmes de finale, lundi. Karim Benzema s'est rassuré avec un doublé.

Il y avait eu jusqu’à présent la victoire des Pays-Bas contre l’Ukraine (3-2) et le carton de l’Allemagne face au Portugal (4-2). Mais en termes de scénario, de dramaturgie et de folie, le Portugal-France (2-2) disputé ce mercredi à Budapest rivalise sans problème avec ces deux affiches. D'un point de vue franco-français, il aurait bien sûr été encore plus beau avec une victoire sur le fil des Bleus. Mais ils ont dû se contenter d'un nul après une partie à deux visages.

Dépassés en première période, plus conquérants en seconde, ils peuvent au moins se satisfaire d'avoir assuré l'essentiel. Ce point, combiné au nul improbable entre l'Allemagne et la Hongrie (2-2), leur permet de terminer à la tête du groupe F avec cinq points. Ils affronteront en huitièmes la Suisse, lundi, à Bucarest. L'Allemagne et le Portugal sont les deux autres qualifiés, la Hongrie est éliminée.

Des Bleus hors-sujet en première période

Malgré la qualification en poche depuis deux jours, Didier Deschamps s’était montré clair : "Ça donne une certaine tranquillité. Mais par expérience, je ne rentre pas dans un calcul. On va aller avec l'ambition d'aller chercher le meilleur résultat possible. Il faut respecter le jeu." Ses joueurs ont longtemps fait tout le contraire. Avec un déchet technique assez hallucinant, aucune énergie collective et des individualités larguées. Deschamps avait pourtant fait le choix de s’appuyer sur un 4-2-3-1, une valeur refuge, avec Jules Koundé plutôt que Benjamin Pavard en défense, Antoine Griezmann en soutien de Karim Benzema, et des couloirs occupés par Kylian Mbappé et Corentin Tolisso. Aucun de ces choix n’a fonctionné au cours des 45 premières minutes. Ni la connexion Koundé-Tolisso, ni la doublette Paul Pogba-N’Golo Kanté, ni le trio offensif. Bousculés défensivement, mangés au milieu, incapables de produire du jeu et transparents devant, les Bleus n’ont cessé de reculer. Et ont logiquement fini par craquer.

Sur un éclair de Bernardo Silva ? Une inspiration géniale de Diogo Jota ? Non, sur un penalty de Cristiano Ronaldo, consécutif à une sortie suicidaire d’Hugo Lloris. Sur un coup franc de Joao Moutinho, le capitaine tricolore a cru bon de surgir à contretemps, et d’enfoncer son poing dans le visage de Danilo Pereira. Un cadeau inespéré pour Ronaldo, buteur en force dans l’un de ses exercices favoris (31e). Un but qui a encore un peu plus assommé des champions du monde déjà amorphes. Jusqu’à cette ouverture lumineuse de Pogba à destination de Mbappé, qui s’est aussitôt écroulé au contact de Nelson Semedo. Comme le veut le protocole, mais aussi parce que la faute n'était pas évidente, le VAR a revu les images avant d'autoriser… Benzema à tenter sa chance. On pensait que Griezmann était le tireur désigné sur penalty, mais c’est bien le Madrilène qui s’est présenté devant Rui Patricio. Avec le regard déterminé, sûr de lui, et l'envie de faire taire les premières critiques naissantes à son sujet.

Le réveil de Benzema, auteur d'un doublé

Alors qu’il avait manqué un penalty en match de préparation face aux Gallois, il n’a cette fois pas tremblé pour inscrire son premier but en sélection depuis le 8 octobre 2015. Un énorme soulagement pour lui et toute l’équipe de France (42e+2). A 1-1 à la pause, la France pouvait s’estimer pour le moins chanceuse après avoir bouclé la première période avec seulement 16 duels gagnés contre 28 pour leurs adversaires. Pas de quoi pousser Deschamps à revoir ses plans. Seul Lucas Hernandez, averti, a laissé sa place à Lucas Digne, lui-même remplacé dès la 52e par… Adrien Rabiot après s’être blessé. Un coup dur alors que le match avait semblé avoir tourné en faveur des Bleus, parvenus à virer en tête au tableau d’affichage grâce à Benzema, encore lui. Lancé dans la profondeur par Pogba, l’ancien Lyonnais a pris le meilleur sur Ruben Dias, puis s’est appliqué pour croiser son tir du droit, avec un peu de réussite au moment de voir le ballon rentrer avec l’aide du poteau.

Un but validé par le VAR, Benzema n’étant pas hors-jeu sur cette action (47e). Mais au lieu de tenir et de prendre le temps de respirer, les Bleus ont à nouveau été plombés par une erreur individuelle. Sur une grossière faute de main de Koundé, offrant sur un plateau l’égalisation à Ronaldo, à nouveau sur penalty (60e). Dans une seconde période bien plus équilibrée et indécise que la première, il a aussi manqué un brin de réussite aux maillots blancs. Comme sur ce missile de Pogba, repoussé sur son montant gauche par Rui Patricio, encore impeccable dans la seconde suivante sur une tentative en force de Griezmann (67e). Le dernier quart d'heure a montré la capacité de réaction des joueurs de Deschamps, qui auraient pu obtenir à leur tour un penalty sur un contact litigieux entre Bruno Fernandes et Kingsley Coman au bout du temps additionnel (90e+3). Mais l'arbitre n'a rien sifflé. Et c'est donc sur prestation inaboutie que l'équipe de France a terminé ce premier tour. Il faudra faire beaucoup mieux pour espérer aller très loin dans ce tournoi.

RR