RMC Sport

FFF: Barthez soutient Moulin et défend lui aussi Benzema

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche du Dimanche, l’ancien gardien de l’équipe de France Fabien Barthez affiche son soutien à Michel Moulin en vue des élections  présidentielles à la FFF. Comme son candidat, le champion du monde 98 ne comprend pas pourquoi Karim Benzema est toujours écarté en équipe de France.

Un soutien de poids pour Michel Moulin. Fabien Barthez a décidé de soutenir l’homme d’affaire dans la course à la présidence de la FFF. Alors que les élections présidentielles de la Fédération se tiendront le 13 mars prochain, l’ancien gardien de l’OM et des Bleus (49 ans) a expliqué les raisons de son engagement dans les colonnes du Journal du Dimanche : "Comme lui je suis passionné, a déclaré le champion du monde 98. Mon très bon ami, Pascal Olmeta, qui est aussi aux côtés de Michel Moulin, m’a dit qu’il fallait qu’on fasse quelque chose pour les petits. Ce mot, "les petits", a déclenché mon engagement. Il s’agit d’apporter du positif à nos enfants, d’encadrer tous ceux qui sont sur les terrains le mercredi après-midi… Michel veut que je sois le gardien de l’éducation."

Alors que Noël Le Graët doit annoncer prochainement sa probable candidature à sa propre succession, Michel Moulin est déjà parti en campagne. Parmi les dossiers chauds figure celui de Karim Benzema, écarté de l’équipe de France par Didier Deschamps depuis 2015. Pour rappel, le buteur madrilène, mis à l’écart des Bleus en raison de l’affaire de la sextape, avait déclaré dans un entretien à Marca que Didier Deschamps avait "cédé sous la pression d’une partie raciste de la France." Comme Michel Moulin qui réclame "une deuxième chance" pour Benzema, Fabien Barthez ne comprend pas, lui aussi, pourquoi l’avant-centre du Real Madrid n’a plus jamais été reconvoqué en équipe de France.

"On empêche un mec de jouer au football"

"Je n’ai rien contre la Fédé mais, sur le fond, j’y vois la même histoire que Luzenac (en 2014 le club amateur dont Barthez était le directeur général s’était vu refuser la montée en Ligue 2 pour des raisons financières, ndlr) : on empêche un mec de jouer au football. Il a fait ce qu’il a fait, mais qui n’a jamais fait d’erreur ? On en fait tous, moi le premier, il faut qu’elles servent à quelque chose." Fabien Barthez fait allusion à son crachat sur un arbitre lors d’un match amical entre l’OM et le WAC de Casablanca en 2015 qui lui avait valu trois mois de suspension. "Et Zidane, il n’en a pas commis", interroge-t-il ensuite.

Barthez et Deschamps en 2011
Barthez et Deschamps en 2011 © ICON SPORT

Si lui et Michel Moulin militent donc pour un retour de Benzema chez les Bleus, Didier Deschamps ne semble pas prêt à assouplir sa position. "Même si avec le temps ça s’apaise un peu, je ne peux pas oublier, a encore déclaré le sélectionneur samedi sur RTL. Ce n’est pas lié qu’à Karim Benzema. Il y a des déclarations d’autres personnes aussi qui ont amené à ce fait violent et qui touche à ma famille. Quand ça me concerne sur mes choix de sélectionneur, la tactique, l’aspect technique, ça a lieu d’être et ça n’a pas d’importance. Là, ça franchit la ligne blanche. Ça touche mon nom, ma famille. Pour moi, c’est inacceptable. Tenir certains propos, ça amène forcément à une agressivité verbale ou physique. J’en subis les conséquences." Et Deschamps de conclure : "On ne peut pas oublier. Je ne peux pas oublier. Je n’oublierai jamais."

dossier :

Karim Benzema

ABr