RMC Sport

France-Brésil : vexés, les Bleus comptent bien retenir la leçon

Mamadou Sakho, Geoffrey Kondogbia et Karim Benzema

Mamadou Sakho, Geoffrey Kondogbia et Karim Benzema - AFP

Battus lourdement par le Brésil jeudi soir (3-1), les joueurs de l’équipe de France n’ont pas du tout apprécié leur prestation au Stade de France. Entre petites phrases et agacement profond, tous ont bien compris l’avertissement sans frais qui leur a été donné. Avec l’intention de ne pas commettre, à nouveau, les mêmes erreurs. A commencer dès dimanche, face au Danemark (21h).

« Moi, les matches comme ça, ça ne me plait pas. Il faut le dire et on se l’est dit dans les vestiaires. » Il aura fallu une défaite au Stade de France (1-3), la première des Bleus depuis le quart de finale de Coupe du monde au Brésil perdu face à l’Allemagne en juillet dernier, pour voir les Bleus en colère. Chafouins. Et du coup, pas du tout avares en punchlines. « Il n’y a rien à dire. Ça ne sert à rien, insiste Karim Benzema. Tout le monde est professionnel, joue dans les grands clubs et sait s’il a fait un bon ou un mauvais match. » Le capitaine d’un soir, jeudi, n’a pas du tout apprécié la prestation de l’équipe de France face au Brésil. Plus que la défaite et le score, net, c’est la prestation des Bleus qui ne digère pas l’avant-centre du Real Madrid. « Le football, c’est simple, quand tu te fais dominer, tu prends des buts, martèle Benzema. Il ne faut pas se le cacher, on n’a pas assez tenté. Dans les grands matches, il faut essayer et on ne l’a pas fait assez. Dans un match de très haut niveau, il faut être à fond pendant 90 minutes. »

Irrésistibles depuis la prise de fonctions de Didier Deschamps et, surtout, depuis le barrage retour contre l’Ukraine, perdants prometteurs en quart du dernier Mondial face au lauréat allemand, les Bleus s’étaient-ils vus trop beaux face à des Brésiliens dits encore en déconfiture après leur Coupe du monde ratée… pour ne pas être à fond, comme le leur reproche leur capitaine, durant l’intégralité du match jeudi soir ? « On n’avait pas la grosse tête, affirme haut et fort Antoine Griezmann, pourtant tancé par Didier Deschamps dans la semaine pour son aptitude à vite avoir les chevilles qui enflent. Mais juste envie de gagner. » « Je ne dis pas qu’on était tête en l’air et qu’on se voyait trop beaux. On n’a jamais cru non plus qu’on était champions d’Europe » tempère aussi de son côté Morgan Schneiderlin.

« Ça va faire du bien »

Mais… « On s’est pris une petite gifle, ça va faire du bien, concède quand même le milieu de terrain de Southampton. Ça va nous faire retravailler. On ne veut jamais perdre. Mais de temps en temps, dans un parcours, ça peut faire du bien de perdre et de voir les petites erreurs qu’on fait. » Un discours partagé à l’unisson par les autres Tricolores. « Il va falloir se servir de ce match-là pour être bien meilleur à l’avenir » préconise Moussa Sissoko. « Il ne faut pas tout jeter à la poubelle mais tirer des enseignements de ce match-là, lâche Mathieu Valbuena. Il faut se remettre au boulot car on voit sur des matchs comme ça, contre une grosse équipe du Brésil, tout le chemin qu’il nous reste à parcourir. »

Didier Deschamps, lui aussi, reconnait l’apport positif de la claque brésilienne. « Ça faisait un moment qu’on n’avait pas eu ce mauvais gout de la défaite… rappelle « DD ». Avant le match je ne me voyais pas, et les joueurs non plus, ne se voyaient pas plus beaux qu’ils ne le sont. On a encore à progresser bien évidemment. » Une conclusion en figure de rappel à l’ordre général pour tout le monde. Pour des Bleus qui ont bien entendu, à les écouter, le message qui leur a été adressé lors de ce revers au Stade de France. Et que Morgan Schneiderlin s’est chargé de décoder à tous. « Si on arrive à l’Euro et que tout est beau… on ne veut pas que ça arrive à l’Euro. C’est bien de vivre ça en match amical. » Et tant que ce genre de matches reste sans graves conséquences.

A.D avec M. Bo