RMC Sport

France-Bulgarie, le débrief : du cassage de reins pour Sagna au doublé du revenant Gameiro

-

- - -

Après avoir concédé l’ouverture du score sur penalty, l’équipe de France a pris le meilleur sur la Bulgarie (4-1) grâce à un doublé de Gameiro, Payet et Griezmann. Auteurs d’un début de match poussif, les Bleus se sont rapidement remobilisés et ont fait parler leur supériorité offensive.

La demi-heure folle-folle-folle de Sagna

Bacary Sagna aura tout connu, tout vécu aussi sur la pelouse du SDF ce vendredi soir. Emprunté défensivement, le joueur de Manchester City a concédé un penalty après cinq minutes de jeu, en accrochant Milanov dans la surface, offrant l’ouverture du score aux Bulgares. Sur l'action, l'ancien Auxerrois se fait aussi casser les reins par deux crochets de son adversaire... Mais c’est lui qui délivre une merveille de centre pour Gameiro (23e) avant d’être trahi par sa cuisse gauche et de céder sa place à Djibril Sidibé (27e), auteur d’une bonne entrée.

A voir aussi >> Le live de France-Bulgarie 

A voir aussi >> Les buts de France-Bulgarie

Gameiro revient et voit double

Cinq ans. Oui, cela faisait pratiquement cinq ans que Kevin Gameiro, réserviste des Bleus avant l’Euro, n’avait plus été titulaire en équipe de France. Et la recrue estivale de l’Atlético Madrid a fait parler la poudre à deux reprises. C’est lui qui égalise pour les Bleus d’une magnifique tête plongeante sur un centre de Sagna (23e). Et c’est encore lui qui vient enfoncer définitivement les Bulgares (59e) sur une passe décisive de Griezmann. Son premier doublé en équipe de France et ses 2e et 3e buts en 10 sélections. L’ancien Parisien a marqué de gros, gros points sur la pelouse du Stade de France.

A lire aussi >> les notes des Bleus

Griezmann a bien fait de s’acharner

Son début de match a été à l’image de celui du reste de l’équipe de France : poussif et emprunté. Mais la star de l’Atlético Madrid n’a jamais renoncé, en allant encore et toujours se frotter à l’arrière-garde bulgare. Bien lui en a pris. C’est son flair qui lui permet de sanctionner une passe mal assurée de Pirgov (38e) pour inscrire le 3e but tricolore, avant de prolonger l’excellent travail de Kurzawa en direction de Gameiro sur le 4e but des Bleus (59e).

Varane, une autorité retrouvée

Critiqué avant l’Euro, qu’il n’avait finalement pas disputé car blessé, Raphaël Varane avait des choses à prouver ce vendredi soir face à la Bulgarie. Le défenseur central du Real Madrid a élevé son niveau d’intensité, en s’imposant avec beaucoup d’autorité dans les duels, ce qu’il n’a que rarement fait en sélection. On a vu l’ancien Lensois mettre des grands coups de boule pour repousser le danger dans les airs et se signaler sur des remontées de balle tout en puissance. Preuve ultime de sa détermination : son…débordement à la 64e minute, digne d’un vrai ailier.

Et pendant ce temps-là, Kostadinov…

L’homonyme d’Emil Kostadinov n’aura pas causé de tourments aux joueurs de l’équipe de France. Pourtant, s’il ne portait pas le fameux numéro 7 ce soir (mais Alexandrov, buteur sur penalty), Georgi Kostadinov a montré le bout de son nez au moment de célébrer l’ouverture du score surprise des siens. De quoi momentanément raviver de mauvais souvenirs… mais vraiment momentanément. On n’a plus revu le milieu de terrain du Levski Sofia derrière, qui a littéralement pris l’eau dans l’entrejeu. Bref, du Kostadinov comme on l’aime et comme on aurait aimé l’avoir surtout, un certain 17 novembre 1993. Et ce dernier justement ? Certainement très déçu devant son téléviseur. Et ça nous va très bien aussi.

Et alors, au classement ?

Après un nul bien triste contre la Biélorussie (0-0), les Bleus se devaient de réagir, ce qu’ils ont fait de façon majuscule et parfois spectaculaire, notamment en seconde période. La victoire est belle, large (4-1), mais elle ne permet pas aux hommes de Didier Deschamps de prendre la tête du groupe A. La faute aux prochains adversaires de l’équipe de France, les Pays-Bas, eux aussi larges vainqueurs de la Biélorussie (4-1). A égalité de points (4) et avec la même différence de buts (+3), les Oranje font la course en tête grâce à une meilleure attaque (5 contre 4 pour les Bleus). De quoi rendre encore plus électrique le déplacement des Français lundi soir à Amsterdam…

A lire aussi : Sagna a tout fait en 27 minutes